Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Papeterie UPM-Chapelle d'Arblay : début du plan de sauvegarde de l'emploi ce lundi

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le plan de sauvegarde de l'emploi commence ce lundi 3 février 2020 à la papeterie UPM, ex-Chapelle d'Arblay, à Grand-Couronne près de Rouen. Les 236 salariés vont être informés des échéances qui les attendent pour les prochains mois.

Une nouvelle étape pour la papeterie UPM ex-Chapelle d'Arblay à Grand Couronne en Seine-Maritime
Une nouvelle étape pour la papeterie UPM ex-Chapelle d'Arblay à Grand Couronne en Seine-Maritime © Radio France - Yves René Tapon

C'est ce lundi 3 février 2020 que démarre le plan de sauvegarde de l'emploi à la papeterie UPM, ex-Chapelle Darblay, en Seine-Maritime. 236 emplois, soit la totalité des postes, sont menacés dans la papeterie de Grand-Couronne depuis que son propriétaire, le groupe UPM a décidé de s'en débarrasser. L'entreprise finlandaise veut vendre le site. Les salariés en sauront davantage sur leur avenir ce lundi.

C'est la "réunion 0", c'est à partir de là que sera enclenché le calendrier pour la suite. Quel sont les projets pour maintenir l'emploi sur le site ? Depuis sa mise en vente le 10 septembre, seulement quelques visites de potentiels repreneurs ont eu lieu. Pour l'instant personne n'a été choisi, UPM examine les offres. 

Des salariés inquiets

Le plan de sauvegarde de l'emploi sera étalé sur quatre mois. Ils sont certains d'avoir du travail jusqu'en juin mais les salariés sont inquiets. Leurs principales craintes : qu'un cartonnier reprenne le site et abandonne donc le papier ou encore, dans le pire des cas, que l'entreprise ferme ses portes. Tous les salariés ont bien sûr en tête les derniers plans sociaux. En 2014 notamment avec les 196 suppressions de postes. 

En plus des 236 salariés, le sort de la papeterie aura des conséquences pour tous les sous-traitants. D'après les organisations syndicales, cela concerne près de 1 000 personnes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess