Économie – Social

Paquets neutres : les buralistes réclament une aide de l'État

Par Emmanuel Grabey, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu lundi 19 septembre 2016 à 19:30

Dans le bureau de tabac de la place Fourneyron, les premiers paquets neutres se mêlent aux paquets traditionnels
Dans le bureau de tabac de la place Fourneyron, les premiers paquets neutres se mêlent aux paquets traditionnels © Radio France - Emmanuel Grabey

Alors que les premiers paquets de cigarettes neutres commencent à arriver dans les bureaux de tabac, le gouvernement envisagerait d'augmenter la rétribution des buralistes. Une aide censée calmer la fronde des professionnels face aux coûts que va engendrer l'arrivée des paquets kakis.

Dans le bureau de tabac de la place Fourneyron de Saint-Etienne, les premiers paquets neutres ont fait leur apparition il y a déjà trois semaines. Dans la réserve, au milieu des pots et des cartouches bariolés, aux marques bien apparentes, quelques paquets semblent bien ternes, avec leur couleur kaki, leur marque écrite en petits caractères, et leurs photos choquantes recto verso sur plus de la moitié du paquet : "D'ici décembre, nous n'aurons plus que ça sur les étagères, explique Settina, la co-gérante du tabac. Il va falloir trouver de nouvelles étagères, avec des séparations, pour pouvoir stocker les cigarettes, car sinon elles risquent de toutes se mélanger".

Mais c'est dans le magasin que l'arrivée des nouveaux paquets inquiète. Eva, derrière le comptoir, envisage déjà la galère. "Tout le linéaire va être kaki, tous les paquets vont se ressembler. Il va falloir plus de temps pour distinguer chaque paquet, il va y avoir des erreurs au début, c'est sûr. Il va falloir que les clients s'arment de patience et d'indulgence le temps qu'on trouve une solution".

Une aide à l'achat et un moratoire sur l'augmentation du prix du paquet

Du côté de la Fédération des Débitants de Tabac de la Loire, on a déjà réfléchi à ces solutions : "On peut envisager des caisses où, lorsqu'on appuie sur une marque, un voyant lumineux s'affiche sur le linéaire pour repérer le paquet, ou encore des distributeurs automatiques, explique Gilles Grangier, son président. Mais ce sont des dispositifs qui ont un coût qui, selon la taille du bureau de tabac, peut aller jusqu'à plusieurs milliers d'euros."

C'est précisément ce qui rend les professionnels du secteur furieux : "Nous nous sommes battus contre l'instauration de cette mesure, et en plus de ça, elle va nous coûter de l'argent, poursuit Gilles Grangier. Ce que nous attendons de l'Etat, c'est d'une part une aide à l'achat de ce nouveau matériel, éventuellement par le biais d'un contrat d'avenir. Et d'autre part, un moratoire sur l'augmentation du prix du paquet. Une hausse l'an prochain conduirait à la faillite de nombreux buralistes".

Pour l'heure, rien n'est encore décidé, les débitants attendent une annonce du gouvernement, qui se bornerait pour le moment à proposer une hausse de 9 à 11% de la part reversée aux vendeurs sur chaque paquet.

Partager sur :