Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Paradise papers : Bernard Arnault, épinglé pour une maison et un yacht, dit avoir agi de manière "parfaitement légale"

mercredi 8 novembre 2017 à 15:03 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Le milliardaire Bernard Arnault est à son tour épinglé par l'enquête Paradise papers. D'après les documents obtenus par les journalistes, le patron a eu recours à des montages offshores et six paradis fiscaux pour acheter un terrain à Londres et des yachts. Lui affirme que tout est légal.

Bernard Arnault, le patron du groupe LVMH, est la première fortune de France.
Bernard Arnault, le patron du groupe LVMH, est la première fortune de France. © AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

Bernard Arnault, le patron de LVMH, apparaît à son tour dans les Paradise Papers, la fuite de données du cabinet d’affaires Appleby obtenue par les journalistes du Consortium international des journalistes d’investigation, dont la cellule investigation de Radio France est partenaire. Le milliardaire, première fortune française, a eu recours à des montages offshores et six paradis fiscaux différents pour l’acquisition d’un terrain à Londres et l’achat de yachts de luxe, révèle franceinfo ce mercredi.

Une société à Jersey, un cabinet à Guernesey

En explorant les documents, les journalistes du Monde ont découvert que Bernard Arnault était le bénéficiaire d’une société immatriculée sur l’île de Jersey qui a acquis en 2000 un terrain de 129 hectares au nord de Londres et sur lequel une somptueuse demeure a fini d'être construite en 2011.

Les Paradise Papers mettent aussi en évidence un autre montage offshore utilisé par Bernard Arnault pour détenir des biens privés. Il s’agit cette fois de son yacht, le Symphony. Un bateau de 101 mètres de long estimé à plus de 130 millions d’euros et acheté neuf en 2015. Le navire est détenu par une société maltaise, qui appartient en fait à LVMH, et navigue sous pavillon des îles Caïmans. L’ingénierie fiscale et le montage du dossier ont été assurés par un cabinet de Guernesey, autre place offshore bien connue. Si Bernard Arnault souhaite utiliser le yacht, il doit lui-même verser à la société maltaise des frais de location. N’étant pas le propriétaire légal, il n’a pas besoin d’intégrer le yacht à sa déclaration d'ISF et échappera grâce à son statut à la nouvelle taxe sur les biens de luxe que souhaite instaurer le gouvernement. Le précédent bateau utilisé par Bernard Arnault battait déjà pavillon des îles Caïmans, mais été détenu via l’île de Man.

Bernard Arnault affirme que "tout est parfaitement légal"

Le patron de LVMH affirme, dans une déclaration transmise à l'AFP, que"tous les actifs évoqués dans cet article ont été constitués de manière parfaitement légale et sont naturellement connus des autorités fiscales"**,** a affirmé M. Arnault dans sa déclaration. Le milliardaire dénonce "une opération journalistique pour créer une sensation en utilisant [son] patrimoine", et dénonce le fait que certains de ses investissements ont été "présentés comme des biens cachés et non déclarés, fiscalement répréhensibles, ou à la limite de la légalité". Le milliardaire conclut sa déclaration en soulignant qu'il "figure parmi les premiers contribuables français" et que le groupe LVMH, dont il est le principal actionnaire, "verse plus d'un milliard d'euros d'impôts en France annuellement".