Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Pesticides : un compromis trouvé pour l'emplacement du collège de Parempuyre en Gironde

mardi 8 janvier 2019 à 19:37 Par Fanny Ohier, France Bleu Gironde

Les parents d'élèves et riverains opposés au projet initial et le conseil départemental ont trouvé un terrain d'entente, mardi 8 janvier. Le collège pourrait être reconstruit, plus grand, sur le site actuel. Seul le complexe sportif serait construit sur le site contesté.

Une solution de compromis a peut-être été trouvée pour les parents d'élèves et riverains qui s’insurgeaient contre le projet initial.
Une solution de compromis a peut-être été trouvée pour les parents d'élèves et riverains qui s’insurgeaient contre le projet initial. © Radio France - Fanny Ohier

Bordeaux, France

Une sortie de crise semble envisageable sur le dossier de la construction d'un nouveau collège à Parempuyre à l'horizon 2022. Mardi 8 janvier au matin, pendant plus de deux heures, une délégation opposée au projet initial et des représentants du conseil départemental ont discuté d'une solution alternative à la construction de l'établissement scolaire à proximité des vignes du château Clément-Pichon. Ils se sont mis d'accord sur une piste de travail qui prévoit la reconstruction du collège et son agrandissement sur le site initial. Seul le nouveau complexe sportif, composé de trois gymnases et d'une piste athlétique, serait construit sur le site contesté. 

Un résultat positif pour Ludovic Coutant, président du collectif de parents d'élèves, puisque la solution esquissée est celle présentée par son camp. 

"On détruit le collège actuel, on met en place une structure temporaire qui va accueillir les élèves pendant deux ans, deux ans et demi. En attendant, on construit en lieu et place. Ensuite, les élèves intégreront le collège. Et les équipements sportifs seront construits sur le terrain à plus de 100 mètres des exploitations viticoles." — Ludovic Coutant, parent d'élèves  

Une solution que la conseillère départementale Christine Bost avait d'abord écarté.  

"A partir du moment où les riverains et citoyens nous disent qu'ils sont contre l'implantation du collège [sur le terrain en face des vignes], on ne pouvait pas imaginer qu'ils étaient d'accord pour construire un équipement sportif à cet endroit !"  — Christine Bost, conseillère départementale 

"On détruit le collège actuel et on construit en lieu et place du collège actuel"

Le département et la délégation se retrouveront dans un mois environ, pour comparer leurs résultats quant à la faisabilité du nouveau projet de construction du collège.

Le nouveau collège serait reconstruit au même endroit, plus grand.  - Radio France
Le nouveau collège serait reconstruit au même endroit, plus grand. © Radio France - Oanna Favennec

Les deux parties se sont également entendus sur la nécessité de modifier la loi relative à l'utilisation des pesticides en agriculture. Ils sollicitent conjointement une réunion avec le préfet pour demander la mise en place d'un arrêté qui réduirait à 200 mètres minimum la distance entre les établissements sensibles et les cultures qui utilisent des produits nocifs. 

L'actuel arrêté préfectoral de 2016, dont ils demandent la modification, limite les horaires d'épandages à proximité des publics sensibles lorsque ceux-ci se trouvent en extérieur sans préciser de distance entre les zones d'épandage et les établissements.