Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Quelque 250 parents et enseignants manifestent pour les emplois aidés à Orange

jeudi 5 octobre 2017 à 10:46 - Mis à jour le jeudi 5 octobre 2017 à 15:24 Par Aurélie Lagain, France Bleu Vaucluse

En plein marché d'Orange, parents et enseignants défilent ce jeudi pour refuser la suppression des contrats aidés.

Manifestation à Orange
Manifestation à Orange - Lydie Gervais

Avenue de l'Arc de Triomphe, Orange, France

Les parents d'élèves ont été rejoints par les enseignants ce jeudi matin à l'Arc de Triomphe d'Orange. Ils protestent contre la suppression des contrats aidés dans les écoles Camus et Croix-rouge, au collège Barbara-Hendricks et au lycée de l'Arc.Ils étaient "250 d'après la police ".

Certains postes ont déjà été supprimés, d'autres sont en sursis : "À l'école élémentaire de la Croix-rouge, classée en réseau d'éducation prioritaire, la secrétaire est partie cette semaine, le 1er octobre", précise une parent d'élève à l'origine de la manifestation, Lydie Gervais

"Qui va assurer la gestion administrative, et quand ?" - Lydie Gervais, maman d'élève

"Ça va désorganiser complètement les écoles, ces secrétaires sont une aide essentielle pour le bon fonctionnement des écoles et soutenir les directeurs dans leur travail. Des enfants ont un suivi médical régulier, qui sortent régulièrement de l'école pour être surveillés médicalement. Il n'y a plus possibilité de remettre les enfants à l'école, parce que les enseignants ne peuvent pas laisser les classes sans surveillance", précise Lydie Gervais.

Lydie Gervais en direct dans le journal d e8 heures

"Il n'y a plus de secrétaire au téléphone, il n'y a plus moyen de communiquer en cas d'urgence par téléphone"