Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Paris : 49 000 personnes rassemblées pour dire non à la violence faites aux femmes

-
Par , France Bleu Paris

De l'Opéra en direction de la place de la Nation, des dizaines de milliers de femmes et d'hommes marchent ce samedi pour dire non aux violences faites aux femmes. plusieurs personnalités dont les actrices Julie Gayet, Alexandra Lamy et Muriel Robin notamment défilent en tête du cortège.

Manifestation contre les violences faites aux femmes à Paris
Manifestation contre les violences faites aux femmes à Paris © AFP - Alain JOCARD

Paris, France

"Stop féminicides", "pas une de plus", "Etat coupable", "justice complice", voilà ce qu'on peut lire sur des banderoles ce samedi après-midi. La grisaille n'a pas découragé des dizaines de milliers de personnes venues marcher pour dire non aux violences faites aux femmes. 

La plus grande marche contre les violences de l'histoire de France

Environ 49 000 personnes ont défilé dans les rues de Paris selon le cabinet Occurrence pour un collectif de médias, dont fait partie Radio France. Le collectif #NousToutes salue d'ailleurs "la plus grande marche de l'histoire de France contre les violences" sexistes.

Les rues de Paris ont été inondées de violet, couleur de la mobilisation, de la place de l'Opéra à la place de la Nation. Beaucoup de femmes de tous les âges, mais aussi des hommes et des familles, tous invités à se mobiliser contres les violences conjugales.

Un appel à de grandes mesures de la part du gouvernement

Il y a un an, entre 12 000 et 30 000 personnes avaient battu le pavé, à l'appel du collectif "Nous Toutes". Ce samedi, l'appel a été lancé par plus de 50 associations, syndicats et mouvements politiques, appuyé par de nombreuses personnalités comme la militante Caroline de Haas, l'actrice Julie Gayet ou encore la chanteuse Jeanne Cherhal.

Le bilan de #NousToutes pour l'année 2019 est alarmant : une femme est tuée tous les deux jours, une femme est violée toutes les sept minutes, une femme sur trois est harcelée au travail, 137 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint.

Le gouvernement présentera ce lundi les mesures retenues à la suite du Grenelle des violences conjugales. Initié début septembre par le Premier ministre Edouard Philippe en personne, il a vu 11 groupes de travail se pencher pendant près de deux mois sur diverses questions liées à ces violences, de la prise en charge des victimes à l'éducation.

Parmi ces mesures, celles déjà retenues par la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, pourrait figurer des dispositions pour permettre notamment d'inscrire dans la loi les violences psychologiques, ou encore pour assouplir le secret médical afin de laisser la possibilités aux soignants de signaler des faits de violence, même si la victime déclarée ne le souhaite pas.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu