Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements en vigilance rouge, 49 en orange

Paris Ile-de-France - Le tourisme d'affaires au point mort : les hôteliers broient du noir

-
Par , France Bleu Paris

L'été risque d'être particulièrement calme pour les hôteliers parisiens et franciliens qui misent désormais sur la reprise du tourisme d'affaires en septembre 2020. Mardi, le PDG du groupe Accord a acté une baisse importante d'activité ressenti par de nombreux hôteliers de notre région.

A Paris, les touristes se font attendre et les hôteliers sont inquiets
A Paris, les touristes se font attendre et les hôteliers sont inquiets © Radio France - Cyrille Ardaud

"C'est toujours un encéphalogramme plat" dans l'Hexagone avait indiqué mardi le PDG du groupe Accor, numéro un du secteur hôtelier, au cours de l'assemblée générale de son groupe. 

Le géant hôtelier, dont un quart des 1.600 hôtels en France (Ibis, Sofitel, Novotel, Mercure...) se trouvent à Paris ou en Ile-de-France, assure avoir rouvert 70% de son parc mais avec une activité amputée de 90% par la crise sanitaire. 

Les palaces victimes du manque de touristes étrangers

Les palaces de la capitale restent fermés. La clientèle fortunée n'est toujours pas revenue. Les vols internationaux ne reprennent que très progressivement. Le tourisme d'affaires est toujours au point mort.

Le Bristol, par exemple, qui emploie près de 600 personnes qui sont toujours au chômage partiel, ne pourrait rouvrir que le 1er septembre 2020. Il indique avoir déjà des réservations pour octobre et novembre mais à un rythme moins fort qu'avant.

En attendant, il fait des travaux d'embellissement. "Il nous faudra être impeccables dans l'exécution des mesures sanitaires, et le montrer : les clients vont comparer, voir le sérieux de ce que les hôtels ont fait", estime M Allegri. 

Y-a-t-il trop d'hôtels à Paris ?

Selon Franck Gervais, directeur général pour l'Europe d'Accor, le premier critère de choix d'un hôtel est désormais la sécurité et l'hygiène.

De son côté, Franck Laval, fondateur du Solar hôtel, un établissement écologique et économique de 34 chambres au centre de Paris, estime que  l'offre hôtelière explose avec 150 projets à l'étude ou en construction en vue des Jeux olympiques de 2024 et ce n'est pas forcément une bonne chose. 

"La seule politique du tourisme en France, c'est d'accueillir toujours plus de touristes : or nous avons atteint un pic, avec 90 millions de touristes étrangers en 2019. Il faut absolument un moratoire sur la construction d'hôtels", estime Franck Laval. "Il y a déjà trop d'établissements", dit-il, pour se partager "un gâteau qui s'est rétréci".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess