Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Paris Match vivement critiqué pour le titre de son article sur des bénévoles de Seine-Saint-Denis

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Le magazine Paris Match publie, cette semaine, un reportage sur les bénévoles en Seine-Saint-Denis qui viennent en aide à la population en cette période de confinement. Mais certains habitants et élus du département soulignent le titre stigmatisant de cet article.

Logo Paris Match
Logo Paris Match © Maxppp - Maxppp

Bad buzz pour Paris Match. Le magazine publie dans son dernier numéro, sorti jeudi 30 avril 2020, un reportage sur les actions de solidarité mises en place pendant le confinement, grâce au travail des bénévoles en Seine-Saint-Denis. Mais le titre de l'article a choqué, aussi bien les habitants, les associations que certains élus.

Solidarité "en bande organisée"

"Covid-19 : Dans le 93, solidarité en bande organisée". Voilà le titre de l'article relayé sur le compte Twitter du magazine ce vendredi et qui depuis, suscite un tollé. Le choix des mots "en bande organisée", qui renvoient à la délinquance ne passe pas du tout, dans un territoire si souvent réduit à la problématique de la violence et de la criminalité.

"Utiliser le terminologie de la délinquance pour parler de la solidarité qui s'organise dans le 93. Paris Match, votre dignité ne s'est pas confinée avec vous ?", s'indigne une internaute sur le réseau social. Colère également du président (PS) du conseil départemental. "Jamais pour un autre territoire, vous n'auriez choisi un tel titre !", écrit Stéphane Troussel.

L'association Pierre de Lune, présente dans le quartier des Courtillières à Pantin, où le reportage a été réalisé, regrette également le choix du titre : "Les journalistes prennent le pas sur les exigences des pratiques et déçoivent une fois de plus les habitants et habitantes de Pantin qui leur ont fait confiance", résume-t-elle. 

Une crise sanitaire et sociale dans le 93

En Seine-Saint-Denis, département le plus pauvre de la métropole (28% de la population vit sous le seuil de pauvreté), sans le travail quotidien de ces bénévoles, associations de quartiers, mais aussi de certains clubs sportifs, la situation serait sans doute encore plus dramatique qu'elle ne l'est actuellement. Malgré la distribution ces dernières semaines, par l'État et les collectivités, de plus de 250 000 chèques alimentaires aux familles les plus précaires, les files d'attente lors des distributions alimentaires s'allongent, à Clichy-sous-Bois, à Saint-Denis ou encore à La Courneuve. 

Un réseau de solidarité

Un véritable réseau de solidarité s'est créé avec des collectifs ou associations comme AC le Feu, Franc-Moisin Citoyenne, 7 Dreams, La Petite Liberté ou encore Auber Solidaire (autant d'associations que vous avez pu entendre sur France Bleu Paris). Sans oublier les Restos du Cœur qui accueillent entre deux et trois fois plus de bénéficiaires dans les différents centres de distribution, alors que la campagne d'été vient de reprendre. 

Beaucoup d'entre eux, mobilisés de jour comme de nuit pour les maraudes, sont des jeunes, parfois même adolescents. "Les petits nous aident à décharger les colis et vont les apporter aux habitants dans les appartements", expliquait sur France Bleu Paris, il y a quelques semaines, Diangou Traoré, bénévole à la cité du Franc-Moisin à Saint-Denis. Son association avait réussi à distribuer ce jour-là plus de 300 kilos de fruits à 200 familles. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu