Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Paris-Normandie : "Des offres de reprise très dures socialement" dénoncent les représentants du personnel

Des offres "très dures socialement, toutes catégories confondues" : c'est ainsi que les représentants du personnel de Paris-Normandie qualifient ce mercredi les trois offres de reprise présentées pour le journal en liquidation.

L'agence du quotidien Paris Normandie à Évreux (Eure).
L'agence du quotidien Paris Normandie à Évreux (Eure). © Radio France - Laurent Philippot

Les représentants du personnel de Paris-Normandie examinaient ce mercredi 27 mai 2020 les offres de deux candidats à la reprise du quotidien régional mis en liquidation. Le CSE de Paris-Normandie initialement prévu ce mercredi a été annulé. Deux réunions ont été organisées avec des repreneurs et les administrateurs. Trois offres de reprise ont été déposées pour le journal. Les élus ont assisté à une présentation des offres d’IPM Group (un projet avec Jean-Louis Louvel, qui s’y associe à 49 %) et de la Voix du Nord. Ils devraient échanger avec le 3e  repreneur, Health Media, vendredi matin.

Aucune offre acceptable en l'état

Conclusion des représentants du personnel regrettent des offres "très dures socialement, toutes catégories confondues, qu’aucune offre ne propose une reprise de l’imprimerie et qu’aucune ne soit donc acceptable en l’état". Dans leur communiqué les représentants des salariés de Paris-Normandie précisent : "Nous ne communiquons pas sur le détail des projets car nous allons tout faire pour les améliorer d’ici la date limite du dépôt des offres définitives (NDLR, fixée au 4 juin). Des rencontres seront rapidement organisées, dès cette fin de semaine, par collège pour entamer des négociations en direct avec les repreneurs."

Un délai supplémentaire refusé

Les représentants du personnel ont tenté d'obtenir un délai supplémentaire qui leur a été refusé pour cause de trésorerie insuffisante. Ils suggèrent que Jean-Louvel contribue à prolonger l'activité du journal pour permettre notamment d'étudier sa propre offre : "Nous avons une solution que nous leur avons suggérée : que Jean-Louis Louvel, actionnaire majoritaire, permette aux représentants du personnel d’étudier notamment l’offre de… Jean-Louis Louvel, co-repreneur. Il en a largement les moyens !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess