Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Paris-Normandie : la mise en liquidation judiciaire du journal examinée ce mardi

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

L'avenir du journal Paris-Normandie est examiné ce mardi par le tribunal de commerce de Rouen. Une mis en liquidation judiciaire avec poursuite d'activité devrait être prononcée.

Le journal Paris-Normandie emploie 240 personnes à travers toute la région (ici, l'agence d'Evreux).
Le journal Paris-Normandie emploie 240 personnes à travers toute la région (ici, l'agence d'Evreux). © Radio France - Laurent Philippot

Le tribunal de commerce de Rouen examine ce mardi 21 avril 2020 la situation du journal Paris-Normandie, quotidien régional qui couvre la Seine-Maritime et l'Eure. La crise du coronavirus a porté un coup sévère au journal déjà en difficultés. Moins de vente et quasiment plus d'annonceurs, la question est de savoir si des repreneurs se présenteront pour le journal et dans quelles conditions ils seront prêts à reprendre. Une mise en liquidation judiciaire du journal a été demandée par la direction du quotidien après un CSE jeudi 16 avril. 

En attendant, le club de la presse de Normandie se mobilise pour Paris-Normandie. Bernard Tierce, journaliste et vice-président du club est inquiet : "Nous sommes extrêmement préoccupés par le sort des 240 professionnels qui font vivre le journal. La crise du coronavirus vient amplifier une situation structurellement fragile du journal. PN n'est pas une exception et les portes de sortie sont assez minces. On est aussi préoccupé pour la profession. _Un quotidien régional c'est une poutre-maîtresse, quand elle s'effondre, c'est l'ensemble de la presse qui se trouve fragilisée_." 

Une région comme la nôtre peut-elle vivre sans un quotidien ? 

Avec le hashtag "PasSansPN" lancé sur les réseaux sociaux, le club de la presse mène une campagne de soutien depuis plusieurs jours. "Pour que tous ceux qui pensent qu'une région comme la notre a besoin d'un quotidien régional indépendant puissent le dire. On va aussi solliciter les principaux responsables, politiques, économiques, industriels pour qu'ils puissent s'exprimer. Inviter tous ceux qui le peuvent à s'exprimer, mobiliser tous les annonceurs potentiels, c'est extrêmement difficile mais une région comme la nôtre peut-elle vivre sans un quotidien ?" 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le sociologue des médias Jean-Marie Charon était l'invité de France Bleu ce mardi à 7h45 pour évoquer les difficultés de la presse régionale dans ce contexte de crise sanitaire et économique. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess