Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Paris : une salle de repos pour consommateurs de crack ouvre ce lundi

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Ouverture ce lundi d'une salle de repos pour les usagers du crack installée dans des containers porte de la Chapelle. Deux associations y dispenseront des soins et proposeront un accompagnement social.

Consommateurs de crack porte de la Chapelle
Consommateurs de crack porte de la Chapelle © Maxppp -

Paris, France

Limiter la prise de drogue sur la voie publique, c'est l'un des objectifs de cette salle de repos pour consommateurs de crack installée à partir de ce lundi porte de la Chapelle sur ce que l'on appelle "la colline du crack". Deux conteneurs vont accueillir des consommateurs. Le dispositif est géré par deux associations Aurore et Gaïa . Elles y dispenseront des soins et proposeront un accompagnement social.

Un retour aux soins

"Le but, c'est de faire en sorte, comme il n'y a pas de produit de substitution pour le crack, de prendre contact avec eux pour aller sur un autre chemin que la complète déshérence. Ceux qui vont sur la colline sont au bout de la course de l'usage de crack, des gens qui n'ont plus envie de se soigner, donc l'objectif c'est vraiment de prendre contact avec eux pour les emmener dans un lieu qui peut les soigner", explique Anne Souyris, adjointe à la santé à la mairie de Paris.

Cofinancée par la ville et l' Agence Régionale de Santé, cette salle de repos accueillera le public dès mercredi 20 novembre. Elle est dotée d'un budget de fonctionnement d'un million d'euros. "C'est la deuxième salle et rien n'empêche d'en ouvrir une autre à Stalingrad, une quatrième à Bonne Nouvelle, on y pense également", précise l'adjointe. 

Et à ceux qui critique le choix d'ouvrir ces salles sur les lieux d'anciens spots privilégiés de la drogue, comme sur la "colline du crack", Anne Souyris répond que malgré les évacuations, les consommateurs "sont toujours là, ce n'est pas parce qu'ils ont été expulsés qu'ils ne reviennent pas. Ou alors vous les retrouvez tout autour, sous le périphérique ou l'autoroute". Et d'ajouter : "c'est mieux qu'ils soient là" dans des salles, "plutôt que tout autour".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu