Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Parité hommes/femmes : l'inspection du travail demande à 313 entreprises d'Ile-de-France de se conformer à la loi

mercredi 7 mars 2018 à 17:47 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

L’inspection du travail de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) d’Île-de-France a mis en demeure 313 entreprises franciliennes d’engager au plus vite des négociations pour conclure un accord sur l’égalité hommes/femmes.

Parité hommes/femmes (image d'illustration)
Parité hommes/femmes (image d'illustration) © Maxppp - Alexandre MARCHI

Paris, Île-de-France, France

En Ile-de-France, 313 entreprises ne respectaient pas la loi qui oblige depuis 2013 les entreprises de plus 50 salariés à établir un diagnostic des inégalités entre femmes et hommes (rémunérations, carrières, embauches, formation…) et à négocier un accord pour y remédier. L'inspection du travail a demandé à ces entreprises d'ouvrir des négociations au plus vite pour trouver un accord sur l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes dans leur société. 

Depuis quatre ans, le nombre de mises en demeure a été multiplié par six. La procédure se montre efficace puisque 80 % des entreprises se sont mises en conformité. Celles qui ont refusé de le faire ont dû verser une pénalité financière pouvant représenter jusqu’à 1 % de leur masse salariale. Près de 670.530 euros d'amende ont été versés.

Parmi les entreprises verbalisées, il y a une société de conseil de Seine-Saint-Denis où le salaire fixe des femmes ingénieurs était de 12 à 17% inférieur à celui des hommes ingénieurs.