Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Park Hyatt Paris Vendôme : après 88 jours de grève, un accord en vue ?

vendredi 21 décembre 2018 à 4:36 Par Nicolas Olivier, France Bleu Paris et France Bleu

En grève depuis près de trois mois, les petites mains du palace parisien Park Hyatt entrevoient enfin une issue positive. Tout dépendra de la réponse de la direction vendredi aux propositions salariales formulées par le syndicat CGT.

Piquet de grève devant l'entrée principale de l'hôtel de luxe le 20 décembre à Paris.
Piquet de grève devant l'entrée principale de l'hôtel de luxe le 20 décembre à Paris. © Radio France - Nicolas Olivier

Paris, Île-de-France, France

Vers une sortie de crise à l'hôtel Park Hyatt Paris Vendrôme ? Le palace du 5 rue de la Paix (2e arrondissement) est touché par une grève qui s'éternise depuis le 25 septembre.  

Une cinquantaine d'employés, principalement des femmes de chambre salariées d'une entreprise de nettoyage (Group STN), se relaient depuis 88 jours pour occuper bruyamment la devanture de l'hôtel de luxe. Soutenus par la CGT, les grévistes espèrent enfin obtenir des avancées sonnantes et trébuchantes.

La direction du groupe Hyatt pourrait accepter d'aligner les salaires sur ceux de ses autres hôtels. - Radio France
La direction du groupe Hyatt pourrait accepter d'aligner les salaires sur ceux de ses autres hôtels. © Radio France - Nicolas Olivier

Réunion de la dernière chance

La médiation organisée ce vendredi par la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) avec toutes les parties pourrait bien être décisive. Pour la CGT, la balle est dans le camp de la direction du palace, à qui le syndicat a formulé des contre-propositions le 30 novembre. Un accord pourrait notamment être trouvé sur l'alignement des salaires - pour les employés de STN comme pour ceux de l'hôtel - sur la grille en vigueur dans les autres établissements parisiens du groupe Hyatt. En revanche, l'hôtel ne cédera pas sur une augmentation de trois euros de l'heure. Ni sur l'intégration des sous-traitants. Dès la sortie de la réunion, la CGT consultera les grévistes lors d'une assemblée générale.

L'Etat a poussé Hyatt à négocier

Longtemps réticente à la négociation, la direction a attendu le 43e jour de grève pour enfin rencontrer les représentants syndicaux. C'était le 7 novembre, sous la pression de la Direccte. Hyatt a préféré jouer la carte de la fermeté en demandant à plusieurs reprises l'intervention de la police pour ramener le calme. Des agents de sécurité de l'hôtel ont même agressé physiquement deux grévistes le 12 octobre.

Des tensions compréhensibles tant ce mouvement à rallonge a lourdement pénalisé l'établissement, entre les plaintes des clients fortunés et les annulations de séjours. Le Park Hyatt Paris Vendôme a chuté à la 49e place au classement des hôtels parisiens du site TripAdvisor, après de nombreux commentaires négatifs.

Quant aux commerçants des boutiques de luxe de la rue de la Paix, ils ont tenté de stopper le piquet de grève, mais ont été déboutés par la justice. Pour tout le monde, un protocole de fin de conflit serait le bienvenu, à quatre jours de Noël.