Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le pouvoir d'achat : un enjeu électoral 2017

Paroles de retraités : "On a trimé pendant 40 ans, on touche 1.000 euros de retraite à nous deux"

dimanche 26 mars 2017 à 19:03 Par Olivia Cohen, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

À l'occasion de la présidentielle, que faire pour soulager les retraités précaires ? Beaucoup connaissent des fins de mois difficiles. Pour changer la donne, mettre en place un régime universel ou relever l'âge de départ à la retraite seraient des solutions. Une manifestation aura lieu ce jeudi.

Que faire pour améliorer la situation des retraités précaires, qui touchent une faible pension ?
Que faire pour améliorer la situation des retraités précaires, qui touchent une faible pension ? © Maxppp -

Strasbourg, France

Septième épisode des lundis de la présidentielle, consacré cette fois au sort des retraités : que faire pour améliorer la situation des plus précaires, touchant une faible pension ? Beaucoup de personnes âgées isolées s'en sortent difficilement : en Alsace, en 2012, 8% de la population des 60 ans et + touchaient un revenu en-dessous du seuil de pauvreté, c'est toutefois moins que le reste de la population alsacienne où le taux de pauvreté s'élève à 12%.

Au 31 décembre 2015, on compte 364.121 retraités en Alsace. Une journée de mobilisation pour les retraités aura lieu ce jeudi 30 mars. Le rassemblement est prévu à 14h30 place Kléber à Strasbourg.

"Quand on est seule, c'est difficile"

La grosse dépense à venir pour Christiane, 83 ans, sera médicale. On va lui greffer une prothèse de hanche, la mutuelle ne prend en charge qu'une petite partie de l'opération :

Je vais devoir donner pas mal de sous derrière, heureusement mon fils m'aide.

Sans lui, les fins de mois seraient difficiles. Christiane, ancienne secrétaire dans les assurances, au travail dès ses 14 ans, ne veut pas dire le montant exact de sa retraite, mais elle touche moins de 1.000 euros par mois. Quand on lui dit "retraite égale nouvelle vie", Christiane, aujourd'hui divorcée du père de son fils, rit jaune :

Quand on a de l'argent pour se faire des sorties, des petits voyages, c'est bien ! Mais quand on est seule, c'est difficile !

Ce qu'elle voudrait, c'est un petit coup de pouce et une revalorisation de sa pension, mais les belles promesses des élus, elle n'y croit plus :

J'ai toujours voté mais là, je n'ai plus envie. C'est honteux ce qu'il se passe : on doit se serrer la ceinture quand nos élus foutent l'argent en l'air !

"Ce qu'il se passe chez nos élus, c'est honteux ! On se serre la ceinture pendant qu'ils foutent l'argent en l'air"

"Quand le frigo est vide, on attend"

Les choses sont tout aussi difficiles pour ce couple : Joseph, ancien magasinier, et Mireille, qui a travaillé dans la restauration, touchent à eux deux 1.000 euros de retraite. Au supermarché, ils prennent les produits les moins chers, avec un budget nourriture de 500 euros par mois :

Quand le frigo est vide, on attend ! Les fins de mois sont parfois difficiles...

Ils ont gardé la voiture, mais elle reste la plupart du temps au garage :

Avec le prix de l'essence qui augmente, on est bien obligé. Tout augmente, sauf nos retraites, ce n'est pas logique !

Quelles solutions ?

Le problème, c'est que les petits salaires cotisent peu et mènent à une faible retraite, explique Mathieu Lefebvre, économiste à Strasbourg :

Il y aurait possibilité de corriger cela, avec une hausse des minima vieillesse, en mettant en place des retraites planchers, mais tout cela ne peut se faire sans volonté politique derrière.

Augmenter les minima vieillesse serait compliqué à financer, augmenter l'âge de départ à la retraite serait finalement la solution la moins mauvaise :

Augmenter les retraites, ça veut dire augmenter les cotisations et les charges pour les salariés, ce qui serait un frein pour l'emploi. Finalement, en travaillant jusqu'à 65 ans, ça équilibre les choses : on cotise plus longtemps, on est moins longtemps à charge de l'Etat. Ce n'est pas la solution la plus facile à faire accepter, mais c'est la moins mauvaise.

"Vous cotisez plus longtemps et vous vivez moins longtemps aux frais de l'Etat"

L'une des pistes pour améliorer la situation, soutenue d'ailleurs par Emmanuel Macron, serait également de supprimer tous les régimes spéciaux explique Mathieu Lefebvre :

On a un système en France qui n'est pas très lisible avec une multiplicité de régimes. L'une des premières mesures à mettre en place pour atténuer les disparités serait d'instaurer un même mode de calcul de retraite pour tout le monde, ça ne voudrait pas dire que tous aurait la même retraite, mais en tout cas, tout le monde serait traité de la même façon.

"Abolir les régimes spécifiques pour un même traitement pour tout le monde"

La réforme des retraites est l'un des sujets qui divisent le plus nos candidats : Macron prône un système unique, Hamon défend le critère pénibilité, Fillon, lui, plaide pour un passage progressif à la retraite à 65 ans.

  - Radio France
© Radio France -

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.