Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

"Pas d’amalgame", la réponse de la filière roquefort à la nouvelle vidéo de L214

"On ne fait pas du roquefort dans les abattoirs". C’est la réponse des producteurs de roquefort. Leur fromage est visé dans une vidéo de L214, ce mercredi.

Les brebis Lacaune du Tarn, de l'Aveyron et de Lozère constituent le plus gros cheptel ovin d'Europe.
Les brebis Lacaune du Tarn, de l'Aveyron et de Lozère constituent le plus gros cheptel ovin d'Europe. © Radio France - SM

Alors que la filière du roquefort est la cible d’une attaque de l’association de protection des animaux L214, les éleveurs répliquent. Sur France Bleu Occitanie, le président de la confédération du Roquefort, l’éleveur Jérôme Faramond, rappelle que l’AOP Roquefort est la plus vieille de France et une des plus exigeantes aussi. "Le bien-être animal est au cœur du cahier des charges de la filière roquefort au travers de multiples critères comme le pâturage, la place en bergerie, l’autonomie alimentaire." 

Les réponses du président de la confédération du Roquefort, l’éleveur Jérôme Faramond.

Alors oui, dit-il, il faut faire naître des agneaux. "Depuis que le monde est monde, pour qu’il y ait du lait, il faut des naissances. C’est valable pour les brebis et pour tous les autres animaux." Mais le président de la confédération insiste aussi sur les soins apportés. "Pour les agneaux, on les garde jusqu’à ce qu’ils soient ruminants. Jusqu’à ce qu’ils aient des dents pour se nourrir seuls." Et ensuite, seulement, ces animaux sont en partie vendus à la filière viande. 

"Il faut donner la parole aux abattoirs"

Et à partir de là, le président de la confédération du roquefort estime qu’il n’est plus compétent. "Il faut donner la parole à la filière abattoir. Jusqu’à preuve du contraire, on ne fait pas du roquefort dans les abattoirs." 

Dans la matinée de ce mercredi, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a "ordonné la suspension immédiate de la chaîne ovine de l’abattoir de Rodez et diligente une inspection complète". Une décision clairement en lien avec les images de L214. "Une vidéo publiée ce jour met en cause les conditions de mise à mort des agneaux à l’abattoir de Rodez. Elle montre des pratiques inacceptables avec des manquements graves aux règles de protection animale", indique le communiqué.  

"L'association utilise la notoriété de l'AOP"

Sur cette décision de l’Etat, Jérome Faramond ne veut pas se prononcer. "S’il juge qu’il faut suspendre cet abattoir, quel regard je me permettrais d’avoir." N’empêche, la vidéo risque d’écorner une filière déjà fragilisée et qui perd des éleveurs. "C’est une facilité de l’association. Elle utilise la notoriété de la marque, l’AOP" répond le président de la confédération. Toutefois la confédération ajoute que si L214 met au jour des pratiques inacceptables, la filière roquefort saura le cas échéant prendre position.

La filière Roquefort, ce sont environ 1.500 élevages, 3.100 éleveurs, 760.000 brebis Lacaune et sept fabricants de roquefort dont les géants "Fromageries Occitanes" du groupe Sodial et "Société des Caves" du groupe Lactalis. Les troupeaux sont basés principalement en Aveyron, Tarn et Lozère, mais aussi un peu dans l’Aude et l'Hérault. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu