Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Pas de marée, mais une vaguelette" contre Macron à Mont-de-Marsan

-
Par , France Bleu Gascogne
Mont-de-Marsan, France

Il y avait 200 manifestants sur la place Saint Roch de Mont-de-Marsan hier. Plus d'une soixantaine d'associations, de partis politiques et de syndicats ont appelé à une "marée humaine" contre la politique du gouvernement en France.

200 manifestants sur la place Saint Roch de Mont-de-Marsan.
200 manifestants sur la place Saint Roch de Mont-de-Marsan. © Radio France - Valentine Letesse

"Ce n'est pas une marée, c'est une vaguelette" lance Pierre. Autocollant de la France Insoumise collée sur la poitrine. Sur la place Saint Roch de Mont-de-Marsan ce samedi matin, ils sont 200 à manifester contre la politique d'Emmanuel Macron.

"Ce n'est pas une marée, c'est une vaguelette" - Pierre, manifestant.

Pourtant plus d'une soixantaine de syndicats, de partis politiques et d'associations de France ont lancé cet appel à créer "une marée humaine". Visiblement, la houle n'a pas soufflé sur les Landes.

Une "déambulation jupitérienne" 

Le défilé prévu a été annulé. Par manque de monde et à cause de la météo nous expliquent plusieurs militants. À la place, un "Emmanuel Macron" fait-maison. Dans sa chaise à porteurs, le sosie du président de la République s'est engouffré dans le passage du marché pour interpeller les passants, leur promettant "de répondre à leurs doléances" place Saint Roch. 

Si les exclamations du Macron et ses différentes interpellations à coups "de gueux" ont fait réagir les habitants, les manifestants eux, étaient globalement déçus de la faible mobilisation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess