Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Pascal Pavageau, le patron de FO, dénonce "la logique quasi dictatoriale" d'Emmanuel Macron.

vendredi 5 octobre 2018 à 9:19 Par Bertrand Pidance, France Bleu Loire Océan

Invité de France Bleu Loire Océan ce vendredi matin, le secrétaire général de Force Ouvrière réagit à la réponse d'Emmanuel Macron à une retraitée qui se plaignait de sa petite retraite. Pascal Pavageau dénonce une "logique quasi dictatoriale".

Pascal Pavageau, secrétaire général de Force Ouvrière
Pascal Pavageau, secrétaire général de Force Ouvrière © Maxppp - Valérie Vrel

Nantes, France

Sur France Bleu Loire Océan ce vendredi, Pascal Pavageau réagit à la réponse du président de la République, jeudi, à une retraitée qui se plaignait de sa faible pension. Emmanuel Macron, en visite à Colombey-les-Deux-Eglises (Haute-Marne), avait répondu : "le petit-fils du général (de Gaulle) m'a dit tout à l'heure" que la règle devant son grand-père était : "Vous pouvez parler très librement; la seule chose qu'on n'a pas le droit de faire, c'est de se plaindre." Et le chef de l'Etat a poursuivi : "Je trouve que c'est une bonne pratique qu'avait le général. Le pays se tiendrait autrement s'il était comme ça". 

"Un décalage total avec la réalité"

Le numéro 1 de Force ouvrière dénonce une "logique quasi dictatoriale ou alors un décalage total avec la réalité". Pascal Pavageau estime qu'il est plus que légitime que les retraités se plaignent, "il faut faire attention parce que quand on est chef de l'Etat, on est pas chef d'entreprise. Il n'est pas à la tête d'une startup nation et il n'y a pas 67 millions d'auto-entrepreneurs d'eux-mêmes qui seraient à sa disposition."