Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

A Pau et Tarbes : l'autre 14-juillet des soignants

-
Par , , France Bleu Béarn

Une centaine de manifestants s'est retrouvée ce mardi matin devant la préfecture de Pau à l'appel de la CGT santé. Ils étaient 200 à Tarbes. Des déçus du "Ségur de la santé". Des fonctionnaires des hôpitaux de Pau, Oloron et Mauléon

Les manifestants ont déposé cette gerbe devant les grilles de la préfecture à Pau
Les manifestants ont déposé cette gerbe devant les grilles de la préfecture à Pau © Radio France - Daniel Corsand

Une centaine de personnes s'est rassemblée devant les grilles fermées de la préfecture à Pau ce mardi 14 juillet, à l'appel de la CGT santé. Au lendemain du Ségur de la santé, le syndicat a déposé une gerbe pour exprimer son rejet d'un accord que la CGT n'a pas signée. Il y avait du personnel de l'hôpital de Pau, d'Oloron, de Mauléon et de l’hôpital psychiatrique.  

Pour Cathy Lepauvre, déléguée CGT de l’hôpital de Pau, cet accord de "Ségur" c'est le deuil du système de santé.

Cathy Lepauvre déléguée CGT à l'hôpital de Pau

Le panneau d'une manifestante à Pau
Le panneau d'une manifestante à Pau © Radio France - Daniel Corsand

200 manifestants à Tarbes

A Tarbes, le rendez-vous était devant la bourse du travail. Environ 200 personnes se sont retrouvées, les soignants étaient soutenus par des militants syndicaux et politiques et des retraités. Une plaque à la mémoire des soignants morts du Covid a été dévoilée

Les manifestants devant la bourse du travail
Les manifestants devant la bourse du travail © Radio France - Marie line Napias

Il y avait notamment des représentants du centre hospitalier de Tarbes, de la clinique de l'Ormeau mais aussi de Lourdes, de l'hôpital psychiatrique de Lannemezan. Tous déçus des résultats du Ségur de la santé, parce que le compte n'y est pas selon eux ; parce que certaines catégories de personnel sont oubliées, notamment dans les Ehpad et le secteur médico-social ; parce qu'ils craignent une privatisation de l'hôpital public. 

Des manifestants déçus des résultats du Ségur de la santé

J'aurais 180 euros plus 1,50 euros en novembre si je ne suis pas morte, 1,50 euros en mars si je suis toujours vivante. Christine, infirmière en psychiatrie auprès d'enfants.

L'une des banderoles des manifestants déçus du Ségur de la santé
L'une des banderoles des manifestants déçus du Ségur de la santé © Radio France - Marie line Napias
Choix de la station

À venir dansDanssecondess