Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Pauvreté en Franche-Comté : de nombreux précaires invisibles

jeudi 8 novembre 2018 à 20:17 Par Elie Abergel, France Bleu Besançon

Le Secours catholique a publié ce jeudi son rapport annuel sur la pauvreté. En Franche-Comté, il y a de nombreux précaires dits invisibles, éloignés des réseaux d'aides sociales.

Les zones rurales de Franche-Comté sont très touchées par la pauvreté
Les zones rurales de Franche-Comté sont très touchées par la pauvreté © Radio France - Elie Abergel

Franche-Comté, France

Des pauvres invisibles, qui passent sous les radars. Voilà le constat fait par le Secours catholique franc-comtois. "Surtout en dehors des villes, dans les campagnes" explique le délégué Franche Comté du Secours catholique Antoine Aumonier. L'association explique que plus de 12 % des habitants du Doubs et du Jura vivent avec moins de 1 026 euros par mois (le seuil de pauvreté).  En Haute-Saône, c'est pire, avec 14% des personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté.

Des aides sociales qui ne sont pas demandées

Ces invisibles ce sont des agriculteurs en difficulté par exemple, ou bien des personnes "en décrochage professionnel, mais qui ne veulent pas solliciter des aides" souligne Antoine Aumonier.  

Parmi les invisibles, il y a aussi des sans papiers. L'année dernière, 32% des personnes accueillies par le Secours Catholique de Franche Comté n'avaient pas la nationalité française. Et parmi eux, 25% n'avait pas de papiers.

La barrière de l'informatique 

Beaucoup de ces précaires renoncent à demander leurs aides sociales, car de plus en plus de démarches doivent être faites en ligne. Or "chez les plus âgés, tous n'ont pas le réflexe internet, bien au contraire" explique Antoine Aumonier. Résultat, les pauvres restent pauvres, en renonçant à des aides auxquelles ils ont pourtant le droit.