Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Pays Basque : des familles accusent de maltraitance une unité du centre hospitalier de la côte basque

-
Par , France Bleu Pays Basque

Inquiétude de parents de malades au centre hospitalier de la côte basque. Selon ces aidants, des malades du centre l'Arrayades (une unité de longue durée à Cam de Prats) sont confinés dans leur chambres en raison d'un manque de personnel.

Les parents de pensionnaires de l'unité longue durée de l'Arrayade
Les parents de pensionnaires de l'unité longue durée de l'Arrayade © Radio France - Jacques Pons

Bayonne, France

L'affaire concerne les malades du centre Bayonnais l'Arrayades (une unité hospitalière de soins longue durée à Cam de Prats, l'une des annexes du centre hospitalier de la côte basque). Les parents constatent que depuis une quinzaine de jours des malades sont confinés dans leur chambres en raison d'un manque de personnel. 

L'unité de soins l'Arrayade à Cam de Prats à Bayonne - Corbis
L'unité de soins l'Arrayade à Cam de Prats à Bayonne © Corbis - Jacques Pons

La direction de l’hôpital et les élus de l’agglomération alertés

La situation est telle que les parents viennent d'alerter, par courrier, la direction de l'hôpital, les élus de l’agglomération Pays Basque, le conseil de surveillance de l'hôpital ainsi que l'ARS, l'agence régionale de la santé. Les parents ont aussi contacté l'ALMA (allo maltraitance des personnes âgées et/ou handicapées).

"Depuis une quinzaine de jours on s'occupe des malades le matin mais on les recouchent parce que l'équipe de l'après-midi est incomplète et on ne veut pas prendre de risque" Maryse Bascoul a mis les pieds dans le plat en réunissant plusieurs familles de malades excédées par la situation actuelle de manque flagrant de personnel. "Ma mère est en train de se replier sur elle même" constate Maryse. "J'ai décris la situation à l'ALMA qui m'a répondu : c'est de la maltraitance !"

Maryse Bascoul - Radio France
Maryse Bascoul © Radio France - Jacques Pons

Témoignage de Maryse Bascoul

La lettre des familles de malades envoyée à la direction de l’hôpital de Bayonne - Radio France
La lettre des familles de malades envoyée à la direction de l’hôpital de Bayonne © Radio France - Jacques Pons

"J'ai vu petit à petit le personnel partir" raconte Annie Mayana dont la mère est admise depuis deux mois à l'Arrayade. "_C'est à dire qu'_il y a plein de personnes qui sont en arrêt maladie, des personnes qui ont visiblement démissionné et j'ai vu de mes propres yeux dans la chambre de maman une infirmière craquer mais craquer véritablement. Je n'avais jamais vu ça !"

Annie Mayana - Radio France
Annie Mayana © Radio France - Jacques Pons

Le témoignage de Annie Mayana

L'Arrayades victime d'un grave problème d'absentéisme

La direction de l'hôpital reconnait qu'il y a bien un problème de personnel. "L'unité de soins longue durée emploie 110 personnes mais 46 sont absentes !" précise Marie-Claude Cazaban, directrice des ressources humaines au centre hospitalier de la Côte basque. Le taux d'absentéisme actuel est de 14,74%. Les causes sont multiples explique la Direction : les congés scolaires mais aussi des arrêts maladies.

La direction propose des mesures pour le personnel

Pour tenter de freiner ce phénomène des groupes de travail ont été mis en place depuis l'été au sein de l'unité Arrayades. La semaine dernière, des propositions de la direction ont été avancées au personnel. Elles portent sur la répartition des charges de travail et sur l'organisation du travail. La Direction parle aussi de mesures d'attractivité concernant une meilleure rémunération et gestion de carrière. Face à ces propositions, les syndicats du personnel viennent de renoncer à un mot d'ordre de grève.

On va redresser la barre — Marie-Claude Cazaban, ressources humaines de l’hôpital

Déjà, la moitié des absences du service sont compensées. Néanmoins les membres de la direction du centre hospitalier de la côte basque (Jean-Louis Pourrière, directeur des soins, et Marie-Isabelle Labèque, directrice chargée de la gestion des risques) annoncent qu'ils vont rencontrer les familles de malades.

A propos du ressenti des familles de malades, Marie-Claude Cazaban estime "on n'est pas ici dans un EPHAD mais dans une unité de soins de longue durée" "aucune personne n'est maintenue plusieurs journées de suite dans un lit" "On n'est pas du tout face à des cas de maltraitance".

Le centre l'Arrayade de Bayonne - Radio France
Le centre l'Arrayade de Bayonne © Radio France - Jacques Pons