Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Économie – Social

Pays Basque : nouveau chantier à l'ESTIA de Bidart

samedi 6 octobre 2018 à 18:02 Par Jacques Pons, France Bleu Pays Basque

Nouveau chantier à la technopole Izarbel de Bidart : un troisième bâtiment pour l'école supérieure des technologies industrielles avancées. Car l'ESTIA ne cesse de croître.

le nouveau bâtiment ESTIA 3
le nouveau bâtiment ESTIA 3 -

Pays Basque, France

Depuis plusieurs années déjà, l'ESTIA (l'école supérieure des technologies industrielles avancées) souffrait de locaux devenus trop étroits dans la zone Izarbel de Bidart. 

Patxi Elissalde, directeur de l'ESTIA, sur les avantages du nouveau bâtiment

Avec le nouveau bâtiment, dont la construction démarre, l'ESTIA disposera de deux amphithéâtres supplémentaires (300 et 200 places), des locaux d'expérimentation (des "fabs labs"), des salles d'enseignement équipées de bancs technologiques, des salles polyvalentes pour des présentations et des séminaires. Le tout, sur 4000 mètres carrés. Le bâtiment sera "écologique" avec du photovoltaïque et de l'éolien sur le toit.

Le bâtiment 3 de l'ESTIA - Aucun(e)
Le bâtiment 3 de l'ESTIA -

ESTIA 3 coûtera 13,5 millions d'euros 

Le troisième bâtiment de l'ESTIA ouvrira fin 2019. Conçu par le cabinet Leibar et Seigneurin (Bordeaux et Bayonne) il coûtera 13,5 millions d'euros (dont 6 millions provenant de la Région et 4 millions de fonds européens). La communauté d’agglomération Pays Basque a fourni le terrain grâce à un bail emphytéotique de 25 ans et 900 000 euros.

Une autre vue du bâtiment ESTIA 3  - Aucun(e)
Une autre vue du bâtiment ESTIA 3 -
L’état actuel du terrain en plein terrassement - Radio France
L’état actuel du terrain en plein terrassement © Radio France - Jacques Pons
De gauche à droite, Alain Rousset (conseil régional) André Garreta (CCI pays Basque), Jean-René Etchegaray (communauté d'agglo pays Basque), Emmanuel Alzuri (maire de Bidart) - Radio France
De gauche à droite, Alain Rousset (conseil régional) André Garreta (CCI pays Basque), Jean-René Etchegaray (communauté d'agglo pays Basque), Emmanuel Alzuri (maire de Bidart) © Radio France - Jacques Pons

L'ESTIA existe depuis 23 ans

Durant cette double décennie, l'établissement a formé plus de 2000 ingénieurs. A sa création, en 1995, il n'y avait que 58 élèves dont 18 lors de la première promotion. Aujourd'hui, l'ESTIA accueille 861 élèves auxquels s'ajoutent 21 doctorants. En novembre prochain, 235 ingénieurs recevront leurs diplômes. Si tout va bien, le cap des 300 ingénieurs formés chaque année sera atteint en 2020.

Les atouts de l'école

Les atouts de l'ESTIA : une formation généraliste mêlant aussi la gestion de l’entreprise sans oublier la culture de l'esprit créatif. Le tout, en trois langues, français, anglais, espagnol. On parle aussi la langue basque dans cette école jumelée avec Bilbao ainsi que l'Angleterre et d'autres universités européennes. C'est d'ailleurs cette ouverture à l'international qui donne son éclat à l'ESTIA. Ses étudiants en sortent non seulement ingénieurs mais aussi dotés d'un master of science.

Doubler le nombre des ingénieurs en Nouvelle Aquitaine

Dès leur sortie, les élèves décrochent rapidement un CDI. Cette manne de cerveaux représente un avantage pour les entreprises du Pays Basque et de Nouvelle Aquitaine. L'impact de l'ESTIA est considérable.  En 2015, l'ESTIA generait 39 millions d'euros et 540 emplois. Selon la chambre de commerce et d'industrie de Bayonne, cette année l'école injectera 58 millions d'euros dans l'économie du pays Basque et 675 emplois temps plein.

Les ingénieurs, enjeu stratégique de la Région Nouvelle-Aquitaine

Lors de la pose de la première du bâtiment ESTIA 3, Alain Rousset, président de Nouvelle Aquitaine répétait : "J'ai doublé le nombre d'élèves ingenieurs en Nouvelle Aquitaine (7000 environ), d'ici 2025, je veux arriver à doubler ce chiffre".

Alain Rousset, président du conseil régional Nouvelle Aquitaine

Izarbel : la pépite numérique de la côte basque

L'ESTIA se situe dans la zone Izarbel. Le site de 10 hectares (une extension de 15 hectares s'ajoutera bientôt) est consacré au numérique de pointe. Dans Izarbel se trouvent aujourd'hui 110 entreprises et plus de 1000 salariés, un incubateur (pour les toutes jeunes sociétés), une pépinière d'entreprise, 3 hôtels d'entreprises. S'ajoutent aussi les élèves de l'ESTIA et le cluster numérique Pays Basque Digital.

Le point noir de la zone Izarbel : son unique accès routier

L'unique entrée de la zone Izarbel (flèche rouge) - Aucun(e)
L'unique entrée de la zone Izarbel (flèche rouge) -

Principal souci de l'ESTIA et de la zone Izarbel, les accès. En fait, il n'y en a qu'un : par le rond-point de Barroilhet (accès au péage autoroutier de Biarritz-la-négresse). Une seule route, étroite, qui passe sur l'autoroute A63 et qui provoque un vrai problème de circulation dans la zone Izarbel. Comme il l'avait déjà fait il y a trois ans et l'an dernier encore, le maire de Bidart, Emmanuel Alzuri, réclame une deuxième voie d'accès mais uniquement réservée aux bus et aux vélos. Seule condition pour le maire de Bidart de conserver "l'effet campus d'Izarbel".

Emmanuel Alzuri, maire de Bidart