Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pays basque : réemployer les matériaux de construction, plutôt que démolir

-
Par , France Bleu Pays Basque

À Anglet, un programme immobilier nécessite la destruction de deux villas. Mais pas question de tout démolir d'un coup : des associations interviennent pour déconstruire et donner une seconde vie aux matériaux.

L'association Patxa'ma intervient dans ce chantier à Anglet pour démonter des matériaux qui sont réutilisables
L'association Patxa'ma intervient dans ce chantier à Anglet pour démonter des matériaux qui sont réutilisables © Radio France - Andde Irosbehere

Le secteur du bâtiment est considéré comme le premier producteur de déchets, avec environ 40 millions de tonnes par an en France. Environ la moitié de ces déchets proviennent des démolitions. Pourtant, les matériaux des bâtiments voués à la destruction ne sont pas tous forcément hors d'usage : une partie d'entre eux est bien souvent réemployable en l'état, après révision. 

C'est dans cette optique de réémploi que le chantier du "Clos d'Ainara" a démarré à Anglet. Situé dans un petit écrin de verdure rue de Lamouly, ce projet porté par Maneo Habitat et Habitat Sud Atlantique prévoit la construction de bureaux et de logements, dont certains en accession sociale à la propriété. Il comprendra aussi le premier bâtiment de la côte basque en habitat inclusif, réservé à des adultes en situation de handicap.

Mais avant de débuter les travaux, deux villas datant des années 70 doivent être détruites. "Ces maisons comportent des matériaux nobles, qu'on ne voulait pas casser", raconte Céline Lespes, de Maneo Habitat. "On s'est dit qu'on ne pouvait pas envoyer tout cela à la benne et polluer encore notre planète. On s'est donc lancé dans cette démarche de déconstruction pour réemployer le maximun de matériaux avant de commencer notre bâtiment".

Avant la construction du futur programme immobilier, cette maison va faire l'objet d'une déconstruction
Avant la construction du futur programme immobilier, cette maison va faire l'objet d'une déconstruction © Radio France - Andde Irosbehere

Des menuiseries sauvées de la benne

Les promoteurs ont ainsi sollicité deux associations pour ces travaux de déconstruction. Parmi elles, Patxa'ma. Cette jeune association basée à Biarritz a débuté son activité l'an dernier, en collectant 10 tonnes de matériaux destinés à être jetées après le sommet du G7. Ses fondateurs, Julien Simon et Olivier Hirigoyen sont à pied d'oeuvre depuis ce mardi sur le site angloy et ont à nouveau du pain sur la planche : 

"On a répertorié tous les matériaux qu'on considérait être valorisables. Il y a des matériaux de grande qualité qui ont une valeur patrimoniale : des portes en chêne sculptées, des fenêtres... du parquet flottant en contrecollé bambou... Si on n'était pas intervenu, tout cela aurait fini à coup de pelle dans la benne." Autre particularité du chantier : l'association va jusqu'à valoriser les arbres et végétaux présents sur le site, en bois d'œuvre, en bois de chauffage, ou en BRF ("bois raméaux fragmentés", utile aux maraîchers pour améliorer la structure du sol).

Reportage France Bleu Pays Basque sur le chantier de déconstruction à Anglet

L'une des deux maisons dans laquelle Patxa'ma intervient à Anglet
L'une des deux maisons dans laquelle Patxa'ma intervient à Anglet © Radio France - Andde Irosbehere
L'une des deux maisons dans laquelle Patxa'ma intervient à Anglet
L'une des deux maisons dans laquelle Patxa'ma intervient à Anglet © Radio France - Andde Irosbehere
L'une des deux maisons dans laquelle Patxa'ma intervient à Anglet
L'une des deux maisons dans laquelle Patxa'ma intervient à Anglet © Radio France - Andde Irosbehere

Le but de Patxa'ma n'est pas de faire de la récupération gratuite : la déconstruction requiert du travail et un savoir-faire spécifique pour "déposer" proprement les matériaux, afin qu'ils soient réutilisables. "On se positionne sur un certain nombre de matériaux, et ensuite on intervient et on est payés au même titre qu'un démolisseur. Certes on passe davantage de temps qu'un démolisseur mais on arrive à équilibrer économiquement l'opération par la revente à prix solidaire des matériaux, et le maître d'ouvrage n'a pas à payer plus cher".

Julien et Olivier voudraient surtout, à terme, mettre en place toute une filière autour du réemploi des matériaux de construction. "Créer une grande surface des matériaux de réemploi, et faire en sorte que les gens évitent de s'approvisionner en matériaux qui viennent de loin et qui sont neufs. Pour préserver les ressources naturelles, et relocaliser l'économie, ce qui est très important dans le contexte actuel".

Olivier Hirigoyen et Julien Simon, fondateurs de l'associaton Patxa'ma
Olivier Hirigoyen et Julien Simon, fondateurs de l'associaton Patxa'ma © Radio France - Andde Irosbehere

Olivier Hirigoyen : "Gure elkartearen helburua : saihestea materiak botatuak izaitea"

Un retour à l'économie circulaire

Pour Raphaël Fourquemin, cette démarche n'est ni plus ni moins qu'un retour aux pratiques anciennes. Il est le président d'IDRE (Interprofessionnelle de la Déconstruction et du Ré-Emploi), autre association partenaire du projet. "Jusqu'au début du XXe siècle, c'était la norme. L'Homme a toujours démonté ses constructions pour réutiliser les matériaux. Avec l'avénement de la société industrielle, des machineries du bâtiment, on a complètement arrêté de démonter tout ça pour tout casser. Là, depuis quelques années il y a une réémergence de cette pratique".

L'association IDRE et Maneo Habitat sont partenaires sur ce projet
L'association IDRE et Maneo Habitat sont partenaires sur ce projet © Radio France - Andde Irosbehere

Cette opération à Anglet vise à sauver entre 5 et 10 tonnes de matériaux de la benne à déchets. Les promoteurs vont également travailler avec l'entreprise bidartar Goyhetche, spécialisée dans le recyclage des gravats et déchets du bâtiment.

L'association Patxa'ma met en pré-vente les matériaux qu'elle démonte. Si vous êtes intéressés, vous pouvez les contacter sur Internet ou via les réseaux sociaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess