Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Pénurie de bitume : les entreprises du Nord et du Pas-de-Calais accusent le coup

mardi 31 juillet 2018 à 18:00 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Nord

On manque de bitume dans le Nord et le Pas-de-Calais. La région est l'une des plus touchées par la pénurie qui sévit dans le pays. Les entreprises spécialisées ont du mal à se faire livrer et certains chantiers prennent du retard. Les sociétés régionales encaissent le coup.

A cause de la pénurie de bitume, certaines entreprises régionales accusent des retards de chantier de plusieurs semaines
A cause de la pénurie de bitume, certaines entreprises régionales accusent des retards de chantier de plusieurs semaines © Maxppp - Alexandre MARCHI - PQR (photo d'illustration)

Souchez, France

Moins de bitume, cela veut dire moins d'enrobé pour la réfection des chaussées. Aujourd'hui, certaines entreprises du Nord et du Pas-de-Calais sont bloquées et les chantiers prennent du retard. Plusieurs raisons expliquent cette pénurie estivale :

  1. Un manque de stocks : les derniers blocages de raffineries n'ont pas arrangé les choses.
  2. Un manque de camions et de chauffeurs : la logistique et le transport de bitume ne sont pas totalement assurés. Les livraisons connaissent des difficultés.
  3. La demande de bitume est en forte hausse pendant l'été.

Aurélien Demailly est conducteur de travaux dans une petite entreprise à Souchez dans le Pas-de-Calais et il confirme : "Notre pic d'activité, c'est l'été. Le chiffre d'affaires, c'est en ce moment !"

C'est vrai qu'on prend un petit coup dans l'aile. Les chantiers prennent du retard et tout est décalé à plus tard."

"On s'engage auprès de nos clients et les délais ne sont pas respectés, regrette l'entrepreneur. Tout le monde s’énerve, et ce n'est jamais agréable. Je ne vais pas dire que cela ne fait pas sérieux mais on est une société familiale de cinq salariés : on a envie de respecter ce qu'on dit du début à la fin. Vis-à-vis du client, certains ne comprennent pas trop qu'on y est pour rien."

La profession est clairement sous tension."

Jérôme Verheirstraeten est le président de la fédération régionale Routes de France (Hauts-de-France) et il le reconnaît : "La profession est clairement sous tension pour garantir les délais et donc éviter d'éventuelles pénalités de retard."

Le secteur du BTP a donc sollicité le gouvernement la semaine dernière. Une réunion s'est tenue au ministère des Transports et une cellule spécifique a été mise en place avec l'ensemble des acteurs de la profession. Objectif : améliorer l'information entre fournisseurs et entreprises (sur l'état des stocks notamment). Autre demande : que les entreprises bénéficient de délais supplémentaires sur les chantiers publics, en évitant des pénalités de retard.