Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

"On perd de l'argent avec le livret A", s'insurge l'association de consommateurs CLCV 37

vendredi 4 janvier 2019 à 5:04 Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine et France Bleu

C'est le placement préféré des Français, et pourtant il ne leur rapporte plus grand chose. Le livret A voit son taux gelé à 0,75%, alors que l'inflation devrait situer à près de 1,8 ou 1,9% pour 2018. L'association de consommateurs CLCV demande de changer la méthode de calcul.

La CLCV 37 demande le retour à l'ancienne méthode de calcul du taux du Livret A
La CLCV 37 demande le retour à l'ancienne méthode de calcul du taux du Livret A © Maxppp - Maxppp

Indre-et-Loire, France

Le livret A vaut-il encore le coup ? C'est la question en effet, depuis que son taux a été gelé à 0,75%, son plus bas niveau historique, bien loin de l'inflation qui devrait se situer à près de 1,8 ou 1,9% pour 2018. L'association de consommateurs CLCV demande d'ailleurs aujourd'hui de changer la méthode de calcul du taux, alors qu'une réforme s'annonce pour le 1er février 2020 et que selon la CLCV, elle sera encore plus "préjudiciable pour le pouvoir d'achat".  

"On perd de l'argent avec un Livret A à l'heure actuelle" - Marie-Claude Fourrier, de la CLCV 37

"Ca ne vaut vraiment pas le coup" assène Marie-Claude Fourrier, de la CLCV 37 (par ailleurs, vice-présidente nationale de l'association). "On perd de l'argent régulièrement en plaçant son argent, d'autant plus si on a des sommes importantes à placer. En cas d'héritage par exemple. on peut vouloir placer sur son livret A, et à ce moment là, on est vraiment déficitaires dans des proportions assez considérables". 

Un retour à l'ancienne méthode de calcul est demandé

"Nous ce que l'on demande" dit Marie-Claude Fourrier, "c'est que l'on revienne à l'ancienne formule du Livret A, c'est-à-dire que si le taux d'inflation est de 1,25%, on demande à ce que l'année d'après, le taux du Livret A passe à 1,25%, de façon à ce que la personne, malheureusement, ne gagnera pas d'argent mais au moins elle n'en perdra pas". 

Et de conclure, "on est là pour défendre le pouvoir d'achat du consommateur, mais on s'aperçoit que celui ci s'effrite à tout point de vue".