Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Permis de conduire : "À Toulouse, il n'y a plus de retard pour passer l'examen, pas besoin de postiers inspecteurs !"

mardi 3 novembre 2015 à 9:05 Par Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie et France Bleu

Depuis ce lundi, les préfets peuvent recruter parmi les postiers ou les agents de collectivité pour faire passer le permis de conduire. C’est la deuxième étape de la réforme pour réduire les délais aux examens.Mais en Haute-Garonne, auto-écoles et inspecteurs assurent que ce n’est plus la peine !

Un permis de conduire (illustration)
Un permis de conduire (illustration) © Maxppp

Toulouse, France

Depuis ce week-end, le décret sur cette mesure de la loi Macron est publié. Dans les régions de France où le délai pour repasser son permis est supérieur à 45 jours, la préfecture pourra faire appel à des postiers, des agents de collectivités qui travaillent dans les établissements publics à caractère industriel ou commercial (les EPIC comme Tisséo ou Habitat Toulouse) mais aussi les policiers ou les gendarmes à la retraite.

Les auto-écoles doutent de cette réforme - Radio France
Les auto-écoles doutent de cette réforme © Radio France - Stéphane Milhomme

C’est la deuxième étape de la réforme du permis de conduire. Le gouvernement a déjà sorti les inspecteurs des salles d'examens du code pour les mettre dans les voitures. Il les a remplacés par des gendarmes ou des policiers à la retraite. Cette fois, en Ile de France, il va former 50 postiers volontaires qui pourront faire passer le permis à partir de 2016. Rhone-Alpes, Paca ou Midi Pyrénées, si le besoin s'y fait sentir, pourront recruter des inspecteurs dans d'autres services publics. En Midi-Pyrénées, la préfecture assure que le dispositif est "en cours d’élaboration".

Qui peut devenir inspecteur du permis de conduire ?

Le décret exige d'avoir plus de 23 ans, un permis B valable depuis plus de 3 ans, sans condamnation. Ne jamais avoir été moniteur d'auto-école ou formateur de conduite et signaler si un membre de sa famille ou un proche travaille dans ce domaine. Les personnes ainsi recrutées seront formées avec un volet particulier sur l'impartialité. Et l'habilitation sera délivrée pour une durée de 3 ans maximum. La formation dure 3 mois et débute cette semaine pour les premiers.

Une mesure "inutile", une diversification "à marche forcée"

Magalie Fauchon est la secrétaire départementale de la CGT de la Poste en Haute-Garonne. Elle dénonce une nouvelle diversification imposée à marche forcée qui éloigne encore un peu plus les postiers de leur métier. "Ca nous fait sourire, ça n'a aucun rapport. Est-ce que c'est pour pousser des personnels vers la sortie? Je ne dénigre absolument pas le métier de quiconque mais chacun doit rester à sa place et sache pourquoi il se lève le matin". Levée de bouclier aussi dans les auto-écoles toulousaines, où on a longtemps dénoncé les délais d'attente trop longs pour passer le permis mais le responsable du CNPA 31, Yann Thomas affirme que ce n’est plus le cas aujourd’hui. Reportage France Bleu Toulouse de Julien Laignez dans une auto-école des Minimes :

Des postiers inspecteurs du permis? Reportage dans une auto-école de Toulouse

Chez les inspecteurs du permis aussi on parle d’une mesure inutile. Selon Laurent Deville délégué régional du SNICA FO, syndicat des inspecteurs, "plusieurs collègues signalent qu’ils n’ont plus de planning surchargés. Ils doivent réaliser 13 examens par jour et en font souvent moins. On a une offre supérieure à la demande. Il n’y a plus aucun délai d’attente à l’heure actuelle à Toulouse ! Or les chiffres officiels indiquent qu’on est à plus de 70 jours de délai d’attente et c’est sur ces chiffres qu’on base la réforme".

Laurent Deville délégué du SNICA FO en Midi-Pyrénées sur la réforme du permis

Le SNICA FO accuse à mot couvert le gouvernement de vouloir casser le statut des fonctionnaires, il travaille à un recours en justice.