Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La CGT se mobilise à Perpignan contre le non-paiement des primes aux intérimaires de la Poste

-
Par , France Bleu Roussillon

Des délégués syndicaux de toute la France sont venus dénoncer le non paiement de plusieurs primes dont devraient légalement bénéficier les employés intérimaires de la Poste. Le préjudice total pour les salariés s’élèverait à plusieurs millions d'euros.

Les salariés CGT de la fédération de l'intérim ont choisi Perpignan pour une journée d'action nationale
Les salariés CGT de la fédération de l'intérim ont choisi Perpignan pour une journée d'action nationale © Radio France - Tanguy Bocconi

La CGT a choisi Perpignan pour dénoncer, d’après le syndicat, un scandale d'ampleur nationale concernant les intérimaires employés par le groupe la Poste. Une quarantaine de délégués syndicaux venus de toute la France se sont donnez rendez-vous ce vendredi pour une journée d'action afin de dénoncer le non-paiement de plusieurs primes dont devraient légalement bénéficier ces salariés mais qui ne leurs ont jamais été versées. Cela concerne notamment le complément familial, ou encore des primes professionnelles diverses récompensant la polyvalence sur certains postes et inscrites dans la convention collective.

Un important préjudice financier pour les salariés en intérim

Sur l'ensemble des intérimaires du département employés par le groupe la Poste, le préjudice s’élèverait à 150.000 euros sur ses trois dernières années. "Le principe d'égalité de traitement s'applique aussi bien aux titulaires qu'aux intérimaires : à travail égal salaire égal" rappelle Maxence Labourasse élu au Comité Social économique Manpower Sud, "mais pour les intérimaires de la Poste de nombreux éléments de rémunération disparaissent car ils n'ont jamais été informés de leurs droits". 

Yann, un Perpignanais âgé de 41 ans, compte quatre années d'emploi en tant qu'intérimaire à la Poste. Ce père de famille réclame plusieurs milliers d'euros de primes non-versées : "Comme je change chaque jour de tournée, je devrai toucher une prime quotidienne de sept euros qui ne m'a jamais été payée. Sur une année cela représente plus de 1.200 euros soit un quasi treizième mois ! J'ai appris l'existence de cette prime en discutant avec des postiers en CDI, mais _mon agence d'intérim ne m'en avait jamais parlé_. Je ne suis pas le seul dans ce cas, c'est la même chose pour tous mes collègues intérimaires, mais la plupart n'osent pas réclamer de peur de ne pas être réembauchés". 

La CGT a saisit l'inspection du travail des Pyrénées-Orientales de ce dossier et compte multiplier les actions en justice pour "délit de marchandage" et "prêt illicite de main d'œuvre" si les arriérés de primes ne sont pas versés rapidement à tous les intérimaires de la Poste concernés. 

Témoignage de Yann, un perpignanais intérimaire à la Poste

Choix de la station

À venir dansDanssecondess