Économie – Social

Peugeot Scooter à Mandeure est-elle devenue une "usine fantôme" ?

Par Christophe Beck, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon et France Bleu vendredi 16 septembre 2016 à 18:46

Usine historique de Peugeot Scooter à Mandeure
Usine historique de Peugeot Scooter à Mandeure © Radio France - Christophe Beck

Douche froide pour les 480 salariés de Peugeot Scooter à Mandeure (Doubs). La direction de l'usine annonce 25 jours chômés pour les trois derniers mois de l'année, soit 58 depuis début 2016. Un record qui hypothèque sévèrement l'avenir de l'usine du Doubs. Encore un site historique qui vacille.

A l’image des salariés, les syndicats semblent gagnés par le doute. En deux ans de direction Mahindra, ils assistent à la baisse inexorable de la production. 10.500 véhicules produits l’an dernier, sans doute beaucoup moins cette année, avec une moyenne aujourd’hui de 40 véhicules par jour. Tout cela dans une usine taillée pour 1.500 ouvriers et 240.000 scooters par an. "Une usine fantôme" , dit la CGT. Un effritement de la production qui se traduit par une multiplication des jours chômés : 25 sur les trois derniers mois de l’année. Deux jours chaque semaine. Pour un total de 58 jours chômés en 2016.

"Du jamais vu à Mandeure", selon la CFDT qui dénonce "des erreurs stratégiques de leur direction locale". Et le pire est à venir. Car en 2017, le Satelis et le Ludix devraient s’arrêter. Il ne restera plus que deux modèles à Mandeure : le Citystar et le Métropolis, le fameux trois roues sur lequel repose l’avenir de l’usine du Doubs et qui peine à percer le marché. La direction se veut rassurante et table sur un nouveau modèle promis à Mandeure. Mais pas avant 2018.

L’usine historique des Cycles Peugeot aura-t-elle survécu d’ici là ? La CGT craint que la stratégie de l’indien Mahindra soit de s’emparer des innovations de Peugeot Scooter pour conforter ses propres productions en Inde et ne laisser à Mandeure qu’un site logistique. CGT comme CFDT réclament à la direction un langage de vérité sur l’avenir du site de Mandeure, par respect pour les salariés.

Le siège de Peugeot Scooters à Mandeure. - Radio France
Le siège de Peugeot Scooters à Mandeure. © Radio France - Faustine Mauerhan

On a développé pour Mahindra pendant deux ans. Et aujourd’hui, l'usine de Mandeure est un dommage collatéral. Depuis le début, Mandeure était destiné à rétrécir ou fermer. Nous, on dit stop. Les pertes de salaires, ça suffit. Il faut que la direction arrête de jouer avec le moral des salariés. Il faut qu'elle soit honnête et nous dévoile ses projets réels" - Dorian Chognard, délégué CGT.

Dorian Chognard, délégué CGT de Peugeot Scooter, croit à une volonté de fermer Mandeure.

_Dans l'avenir, ça va être un ArcelorMittal ou un Alstom. A cause de mauvaises stratégies, on a tout un savoir-faire qui est train de disparaître. Nous, on craint le pire" -  - _Ibrahim Mor, CFDT.

Le député socialiste de la circonscription, Frédéric Barbier, tape du poing sur la table et dénonce une direction "qui souffle le chaud et le froid, en baladant les salariés avec des promesses non tenues". Le député réclame une réunion d'urgence autour du secrétaire d'état à l'industrie, Christophe Sirugue, à propos du dossier Peugeot Scooter.