Économie – Social

Peugeot Scooters : un troisième nouveau "projet" pour le site de Mandeure ?

Par Faustine Mauerhan, France Bleu Belfort-Montbéliard vendredi 25 mars 2016 à 18:25

A Mandeure,Peugeot Scooters produit ses véhicules haut de gamme.
A Mandeure,Peugeot Scooters produit ses véhicules haut de gamme. © Maxppp -

Après la manifestation tendue de la semaine dernière, le directeur général de Peugeot Scooters à Mandeure a rencontré les délégués syndicaux ce mercredi. Il leur a annoncé un nouveau projet pour le site, mais aussi de nouveaux jours de chômage technique en avril…

En 10 ans, le site Peugeot Scooters de Mandeure est passé de 1.607 salariés (en 2006) à 493 (janvier 2016). A l’époque aussi 1.200 véhicules sortaient de l’usine tous les jours mais la petite centaine d’opérateurs qui reste sur les lignes ne produit plus que 40 à 60 véhicules quotidiennement. Autant de comparaisons qui inquiètent, on peut le comprendre, les salariés de la marque au Lion. Alors en ce début de saison, le cumul de 47 jours de chômage technique depuis septembre et l’annonce encore de six arrêts de ligne pour avril ne les rassurent pas. Les délégués syndicaux demandent des garanties pour l’avenir du site.

"Bientôt on va jouer aux dames sur les lignes !"

Mais l’intersyndicale qui la semaine dernière lors d'une manifestation tendue, demandait d’une même voix que le directeur général du groupe, Frédéric Fabre, descende s’expliquer, a du plomb dans l’aile. Ce vendredi, la CGT s’est désolidarisée de l’union, trop molle et conciliante pour elle. Le syndicat a dressé une liste de revendications dont la première est non négociable : compenser la perte de salaire due aux jours chômés. "Nos opérateurs ont chômés 47 jours depuis septembre, compte Dorian Chognard, délégué syndical CGT à Mandeure. Vingt-quatre rien que depuis le début de l’année 2016 et monsieur Fabre nous en annonce encore six pour le mois d’avril. Mais on a des familles derrière nous, des loyers, des charges. Vous imaginez le Noël qu’on a passé ?" Et même les jours travaillés, la cadence n’est pas folle !

"Il faut absolument de nouveaux projets pour qu’on recommence à fabriquer des véhicules à Mandeure"

Et le retour en production de deux véhicules, n’arrive pas à convaincre les représentants du personnel. Le Citystar Air rentrera de Chine en avril. Mais de 1.000 unités/an, les prévisions sont déjà redescendues à 600 véhicules. Pas de quoi relancer les lignes capable de produire jusqu'à 2.000 véhicules par jour. Et puis le Tweet 125 annoncé en grande pompe également n’est toujours pas en approche finalement. "Il est en retard, nous confiait Frédéric Fabre la semaine dernière. Mais retard ne veut pas dire annulation." Les salariés l'attendent.

"Jamais rien n’est garanti de toute éternité"

Alors l’annonce d’un troisième projet pour Mandeure, ce mercredi, lors d’une réunion informelle, est prise avec des pincettes par la CGT qui a du mal à faire confiance. Frédéric Fabre, lui, ne confirme pas, mais n’infirme pas non plus. Le directeur général veut donner la priorité aux syndicats pour toute annonce ou précision. En revanche, le patron veut une nouvelle fois se montrer rassurant. "Jamais rien n’est garanti de toute éternité mais nos ventes sont en hausse et ces progrès commerciaux nous prouvent que nos véhicules attirent la clientèle et c’est bien ça le meilleur gage du futur du site de Mandeure."

Pas sûr que cela persuade les salariés et les syndicats. Ils en reparleront certainement jeudi prochain, lors du comité d’établissement ordinaire de la fin du mois que les syndicats ne boycotteront finalement pas, comme ils l’avaient annoncé après l’échec de la manifestation de la semaine dernière.