Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Philippe Poutou estime que "les pouvoirs publics ont capitulé devant Ford" à Blanquefort

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Alors que se tient ce lundi après-midi un dernier comité de suivi après la fermeture de l'usine Ford à Blanquefort fin septembre, Philippe Poutou dénonce l'attitude des pouvoirs publics. "Ils se disent impuissants mais c'est faux" estime le délégué CGT de l'usine.

Philippe Poutou délégué CGT des ex-Ford de Blanquefort
Philippe Poutou délégué CGT des ex-Ford de Blanquefort © Radio France - Stéphanie Brossard

Blanquefort, France

La CGT veut continuer le combat malgré la fermeture de l'usine Ford de Blanquefort. Le syndicat appelle à se rassembler ce lundi en début d'après-midi devant la préfecture de la Gironde, où doit se tenir, probablement, le dernier comité de suivi, entre représentants de l'Etat, élus, dirigeants de Ford et représentants syndicaux. L'accord de revitalisation du site doit être entériné. Accord bidon, selon Philippe Poutou, le délégué CGT des Ford Blanquefort. Il était l'invité de France Bleu Gironde.

"Ce ne sera pas le dernier rendez-vous, pas un baroud d'honneur" martèle-t-il. "La bataille va continuer, même si c'est vrai, l'usine est fermée depuis le 30 septembre et les 849 salariés sont licenciés. Mais on va continuer. On ira en Cassation. On ira aux Prud'hommes. Toutes les voies pour attaquer, on va les utiliser".

Philippe Poutou estime par ailleurs que les pouvoirs publics ont capitulé devant le géant automobile américain. "Ils n'ont pas mené le combat qu'ils auraient du mener. Du coup, Ford s'en va quasiment tranquillement. C'est faux que les pouvoirs publics sont impuissants. Ford a été condamné par la justice pour non-respect de ses engagements. Et derrière, personne n'en profite pour réclamer l'argent public versé : 50 millions d'euros de subventions distribués depuis 2011".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu