Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - 2.500 manifestants à Nice contre les violences policières et le racisme

-
Par , France Bleu Azur

2.500 manifestants ont défilé de la Promenade des Anglais à la place Masséna à Nice contre le racisme, les discriminations et les violences policières, malgré l'interdiction de la préfecture. Une marche pacifique, sans débordement.

2.500 manifestants ont défilé à Nice ce samedi contre les violences policières, les discriminations et le racisme
2.500 manifestants ont défilé à Nice ce samedi contre les violences policières, les discriminations et le racisme © Radio France - Sonia Ghobri

"Pas de justice, pas de paix", l'un des slogans scandés lors de la marche contre les violences policières, le racisme et les discriminations, organisée ce samedi à Nice. L'appel à manifester a été lancé par des étudiants niçois, avec le soutien d'associations dont la Ligue des droits de l'Homme (LDH), Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) ou le collectif Tous citoyens 06.

2.500 manifestants ont défilé dans le calme à Nice contre les violences policières et le racisme
2.500 manifestants ont défilé dans le calme à Nice contre les violences policières et le racisme © Radio France - Sonia Ghobri

2.500 manifestants à Nice 

2.500 manifestants ont défilé de la Promenade des Anglais (à hauteur de Magnan) jusqu'à la place Masséna. Une manifestation interdite par la préfecture. Les rassemblements sont limités à 10 personnes en raison de la crise sanitaire. Les policiers étaient présents pour encadrer le cortège. Il n'y a eu aucun incident. "Je comptais sur les Niçois pour qu'il n'y ait pas d'émeutes, pas de fouteurs de merde, pour que la police soit avec nous et tous nos souhaits ont été réalisés", se réjouit Emma. Cette étudiante de 19 ans est l'une des instigatrices de cette marche. 

"Nous manifestons contre les violences policières, pas contre les policiers".

Justice, égalité, liberté et fraternité étaient les mots d'ordre de cette marche. "Nous manifestons contre les violences policières, pas contre les policiers", insistent plusieurs manifestants. Ils ont tenu à le faire savoir aux policiers présents comme le montre cet instant saisit par nos confrères de Nice-Presse : un fist-bump entre un policier et l'un des manifestant.

Un geste qui a la même symbolique qu'une poignée de  main. "On ne fait pas d'amalgame, dire que tous les policiers sont violents et racistes, c'est aussi stupide que dire que tous les noirs et arabes sont des délinquants", poursuit Emma. 

Les manifestants ont également eu un geste politique, né aux États-Unis : genou à terre, poing levé pour dénoncer les violences policières contre les Noirs. Ils ont demandé "Justice pour Adama!" Adama Traoré est mort en 2016 à l'âge de 24 ans, après une interpellation. Une expertise médicale disculpe les gendarmes, mais selon une contre-expertise commandée par la famille Traoré, un plaquage ventral aurait causé la mort du jeune homme. 

Genou à terre, poing levé. Un geste politique pour dénoncer les violences policières contre des Noirs
Genou à terre, poing levé. Un geste politique pour dénoncer les violences policières contre des Noirs © Radio France - Sonia Ghobri

"Black Lives Matter" (la vie des Noirs compte),pouvait-on également lire sur les pancartes ou sur les masques en tissu. Ou "I can't breathe" (je ne peux plus respirer). Ce sont les derniers mots de Georges Floyd. Cet afro-américain de 46 ans  mort asphyxié à Minneapolis le 25 mai dernier. Un policier a maintenu son genou au niveau du cou, alors qu'il était déjà menotté.  

"Black lives matter", la vie des Noirs compte
"Black lives matter", la vie des Noirs compte © Radio France - Sonia Ghobri

Le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti hué 

Eric Ciotti, le député Les Républicains des Alpes-Maritimes a déposé une proposition de loi afin d'interdire toute diffusion d’images des forces de l’ordre dans l’exercice de leurs fonctions. Un délit passible, si cette loi était adoptée telle quelle, d'une peine d'un an de prison et de 15.000 euros d'amende. "Tout le monde déteste Eric Ciotti" ont crié les manifestants.

_"C'est scandaleux ! Sans ces vidéos, les victimes n'obtiendront jamais justice. Le policier qui a tué Georges Floyd aux États-Unis a finalement été inculpé pour homicide volontaire grâce à cette vidéo et la mobilisation des citoyens", déclare Sophie une manifestante. Un avis partagé par Bertrand : "Les policiers ne devraient pas y voir d'inconvénients, s'ils n'ont rien à se reprocher". _

"Pas de justice, pas de paix", "la justice n'a pas de couleur" pouvait-on lire sur les pancartes
"Pas de justice, pas de paix", "la justice n'a pas de couleur" pouvait-on lire sur les pancartes © Radio France - Sonia Ghobri

Le cortège s'est dispersé vers 20 heures dans le calme.  

2.500 manifestants ont défilé à Nice pour dénoncer le racisme et les violences policières
2.500 manifestants ont défilé à Nice pour dénoncer le racisme et les violences policières © Radio France - Sonia Ghobri
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu