Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

PHOTOS - 600 lycéens clermontois dans la rue, une dizaine d'interpellations

vendredi 7 décembre 2018 à 16:28 Par Mickaël Chailloux, France Bleu Pays d'Auvergne

Les lycées clermontois ont été perturbés encore ce vendredi en raison des manifestations de lycéens. 600 jeunes étaient dans la rue au plus fort de la manifestation, qui a été émaillée de quelques faits de violences. La police a interpellé neuf personnes en marge de ces rassemblements.

Le lycée Sidoine-Apollinaire a été le théâtre d'affrontements dans la matinée
Le lycée Sidoine-Apollinaire a été le théâtre d'affrontements dans la matinée © Radio France - Mickaël Chailloux

Clermont-Ferrand, France

On commence à avoir l'habitude. Les lycéens ont de nouveau manifesté dans les rues de Clermont-Ferrand, de lycées en lycées. Au plus fort, ils étaient environ 600, un chiffre un peu moins important que celui de jeudi.Néanmoins, certains lycées habituellement non bloqué ont rejoint le mouvement, comme par exemple le lycée Lafayette à Clermont-Ferrand. Teddy, jeune lycéen en terminale, raconte ainsi sa matinée chargée : "Dès 5 heures du matin, le principal et la police étaient là." Accompagné de l'UNL 63 (l'Union Nationale Lycéenne), 150 jeunes ont tenté de bloquer "pacifiquement" les lieux, explique Teddy. "On voulait montrer que nous aussi on est contre (Parcoursup). On a essayé mais on a pas pu faire entendre notre voix", explique un peu déçu le lycéen. 

"Il _y a ceux qui voulaient sécher les cours, manifester, aller en cours._..au bout d'une heure et demi, les groupes se sont créés pour aller dans plein de lycées"

Entre 80 et 90 policiers étaient mobilisés ce vendredi  - Radio France
Entre 80 et 90 policiers étaient mobilisés ce vendredi © Radio France - Mickaël Chailloux

Un mouvement désordonné 

Les premiers affrontements entre policiers et lycéens ont eu lieu au lycée Sidoine-Apollinaire, avec des jets de gaz lacrymogène de la part des forces de l'ordre. Des jeunes venus des lycées Ambroise-Brugière et Camille-Claudel sont ensuite partis direction le lycée Amédée Gasquet. Puis, restant bloqué sur les grilles du lycée, le cortège s'est rendu avenue Carnot ou attendait un impressionnant dispositif policier. Environ 50 policiers et une dizaine de véhicules de police étaient stationnés près du lycée Blaise-Pascal. L'alerte confinement du lycée a sonnée et les policiers ont fait usage des gaz lacrymogènes.   

Une poignée de lycéens s'est ensuite déplacée devant Sidoine-Apollinaire où les deux parties se sont fait face un instant...avant que les lycéens reculent et stationnent sur les voies du tramway au niveau de l'Hôtel de Ville. Certains se sont réunis, peu avant midi, place de Jaude avant de se disperser dans le calme.  

Neuf interpellations en marge des rassemblements 

La manifestation de ce vendredi a donné lieu à plusieurs faits de violence pour des feux de poubelle, des tags  et des jets de projectiles sur les forces de l'ordre, mobilisés en nombre (entre 80 et 90 policiers). Neuf personnes ont été interpellées sur ces faits, dont sept mineurs et deux majeurs. Pendant la manifestation, plusieurs jeunes non identifiés pour le moment ont volé de la marchandise dans un bureau de tabac en centre-ville, pour une valeur estimée entre deux et trois cents euros. 

Un feu de poubelle durant la manifestation  - Aucun(e)
Un feu de poubelle durant la manifestation - ©Sidpics

Les lycéens promettent de remettre le couvert la semaine prochaine en organisant des manifestations de ce type, en attendant probablement la journée de vendredi ou se prépare une manifestation syndicale.