Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉOS - À Toulouse, place du Capitole, un millier de petits commerçants crient leur peur de mourir

-
Par , , France Bleu Occitanie

Ce vendredi après-midi, la CPME 31, le syndicat des petites et moyennes entreprises en Haute-Garonne, a organisé une manifestation à Toulouse, pour dénoncer l'impact du deuxième confinement sur les petits commerçants. Des centaines de professionnels ont crié leur peur de ne pas survivre à la crise.

La CPME 31 organise une manifestation de contestation, ce vendredi après-midi, à Toulouse pour dénoncer notamment la fermeture des petits commerçants.
La CPME 31 organise une manifestation de contestation, ce vendredi après-midi, à Toulouse pour dénoncer notamment la fermeture des petits commerçants. © Radio France - Pascale Danyel

Sophie est coiffeuse. Elle a toujours respecté les mesures barrières. Elle ne comprend pas pourquoi pas on l'empêche de travailler. Jean-Louis est restaurateur. Il a trois salariés qui dépendent de son activité et ce qu'il rejette avant tout, c'est le "mépris". Lydia, joaillère à Toulouse depuis plus de vingt ans sait déjà qu'elle ne se relèvera pas de cette crise. Toutes et tous, au moins un millier de participants, ont manifesté, ce vendredi après-midi, place du Capitole à Toulouse pour crier leur désespérance. "Nous sommes essentiels, nous sommes le lien social", ont-ils répété en chœur. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Vêtus de noir et masqués

La manifestation a été correctement déclarée en préfecture par la CPME 31, le syndicat des très petites et des petites et moyennes entreprises en Haute-Garonne qui a créé un site internet dédié. Son nom : "2 novembre", comme le jour des défunts dans le calendrier et aussi la date du début du deuxième confinement synonyme de mort professionnelle disent les petits commerçants.

À Toulouse, les manifestants étaient appelés, à venir habillés de noir, masqués, sans sac pour éviter les fouilles. Quelques centaines ont répondu à l'appel et sont tombés à l'annonce de leur profession pour symboliser les difficultés économiques importantes qu'ils rencontrent depuis le début de la crise sanitaire.

Sophie, coiffeuse, manifeste à Toulouse aux côtés d'autres petits commerçants qui ne peuvent plus travailler depuis le début du deuxième confinement.
Sophie, coiffeuse, manifeste à Toulouse aux côtés d'autres petits commerçants qui ne peuvent plus travailler depuis le début du deuxième confinement. © Radio France - Pascale Danyel

Les commerçants qui s'estiment "en danger de mort" sont des agences d’hôtesses, des agences événementielles, des artistes, des bars, des clubs sportifs, des discothèques, des hôtels, des gérants de lieux de réception, des prestataires techniques, des producteurs de spectacles, des restaurateurs, des gérants de salles de sport, de salles de spectacles, des sociétés de sécurité, des techniciens, des traiteurs...

Jean-Louis, restaurateur, lui aussi dénonce l'injustice des règles qui lui sont imposées depuis plusieurs semaines.
Jean-Louis, restaurateur, lui aussi dénonce l'injustice des règles qui lui sont imposées depuis plusieurs semaines. © Radio France - Pascale Danyel
Lydia, joaillière, qui symbolise un sourire avec ses doigts malgré toute la colère qui l'anime contre sa fermeture imposée par le deuxième confinement.
Lydia, joaillière, qui symbolise un sourire avec ses doigts malgré toute la colère qui l'anime contre sa fermeture imposée par le deuxième confinement. © Radio France - Pascale Danyel

"Il faut canaliser les haines et permettre aux chefs des petites et moyennes entreprises de s'exprimer. Il faut arrêter le fantasme sur les aides de l'Etat. Il y a un trop gros écart entre ces aides et ce dont nos petits patrons ont vraiment besoin sur le terrain. Ils sont au bout du rouleau", expliquait, il y a quelques jours, le patron de la CPME 31 Samuel Cette. Des entrepreneurs qui ont pu compter sur le soutien de l'élue toulousaine Les Républicains Laurence Arribagé.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Au bout d'une heure sur la place du Capitole à Toulouse, tous les professionnels ont fini à terre pour symboliser leurs difficultés économiques desquelles ils ne se relèveront peut-être pas.
Au bout d'une heure sur la place du Capitole à Toulouse, tous les professionnels ont fini à terre pour symboliser leurs difficultés économiques desquelles ils ne se relèveront peut-être pas. © Radio France - Pascale Danyel
Choix de la station

À venir dansDanssecondess