Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

PHOTOS - À un mois du Brexit, le port de Roscoff teste son dispositif frontalier

Alors que le Brexit doit être effectif au 31 octobre, les ports français font face au défi de remettre en place des contrôles douaniers et sanitaires sans ralentir les transports de marchandises. À Roscoff, un test grandeur nature était organisé ce mardi matin.

Avec le Brexit, le contrôle d'immigration sera accompagné de vérifications douanières pour les véhicules en provenance du Royaume-Uni
Avec le Brexit, le contrôle d'immigration sera accompagné de vérifications douanières pour les véhicules en provenance du Royaume-Uni © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Roscoff, France

8 heures, l'Armorique de la compagnie Britanny Ferries arrive au port de commerce de Roscoff, avec à son bord une dizaine de camions en provenance de Plymouth. En temps normal, seul le contrôle d'immigration est un passage obligé. Après le Brexit, les marchandises transportées depuis le territoire britannique devront passer la douane, et même les contrôles sanitaires pour certaines. C'est toute l'organisation de la procédure qu'il a fallu repenser.

Formalités douanières en amont

Éviter les embouteillages au débarquement, c'est la priorité pour les responsables du port comme pour les douanes. "L'ensemble des formalités douanières sont réalisées à l'embarquement et pendant le temps de la traversée, explique Pascale Buronfosse, directeur des douanes de Bretagne. Quand le chauffeur débarque, il est déjà informé du statut de sa marchandise et sait s'il faut passer aux contrôles".

"Le but, c'est que ce soit le plus fluide possible."

Dans le port, une signalétique spécifique a été mise en place : "Les véhicules qui doivent passer aux contrôles sanitaires ou douaniers sont orientés vers la zone orange, précise Philippe Bonnafous, responsable du pôle d'action économique aux douanes bretonnes. Ceux pour qui tout a été validé peuvent sortir directement après les contrôles d'immigration qui existent déjà", puisque le Royaume-Uni n'a jamais fait partie de l'espace Schengen.

Les véhicules sont répartis dans les différentes files selon qu'ils doivent passer des contrôles douaniers et sanitaires ou non - Radio France
Les véhicules sont répartis dans les différentes files selon qu'ils doivent passer des contrôles douaniers et sanitaires ou non © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Si les contrôles douaniers n'étaient jusque là pas obligatoires, il pouvait tout de même y en avoir de façon aléatoire, puisque les douanes sont autorisées à opérer sur tout le territoire français. "Les contrôles ne seront pas forcément beaucoup plus nombreux avec le Brexit mais il en faudra quand même un certain nombre pour les vérifications liées aux nouvelles réglementations", explique Christian Boucard, directeur interrégional des douanes Bretagne-Pays de la Loire. Au niveau national, le gouvernement a prévu 700 agents des douanes supplémentaires dans le cadre du Brexit : six sont déjà en poste à Roscoff.

Les contrôles sanitaires, une nouveauté

La grande nouveauté une fois que le Royaume-Uni ne sera plus dans l'Union Européenne, c'est la mise en place de contrôles sanitaires. "On doit embaucher quatre inspecteurs vétérinaires et nous avons déjà fait construire un bâtiment spécifique, indique Stéphane Carré, directeur du port de commerce de Roscoff. On a mis en place des containers frigo et un laboratoire pour effectuer les contrôles des produits alimentaires".

"On n'était absolument pas prêts il y a un an, mais on n'a plus d'appréhension. Les installations seront opérationnelles."

Certains camions sont arrêtés pour des vérifications sanitaires de la marchandise - Radio France
Certains camions sont arrêtés pour des vérifications sanitaires de la marchandise © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

"Notre système d'information est connecté avec celui des douanes. Dès que le contrôle sanitaire est validé, c'est transmis dans le système pour libérer les marchandises très rapidement au niveau douanier", précise Denis Aubault, coordonnateur Brexit à la DRAAF (direction régionale de l'alimentation) Bretagne. Il reconnait toutefois que"ça ralentira un peu" la sortie des poids lourds obligés de passer par ce processus

Lors du test, sept camions de marchandises ont ainsi été retenus une petite demi-heure pour des vérifications de papiers sur leurs produits alimentaires. "Après le Brexit, des tests de contrôle de température par exemple pourront être effectués", précise Denis Aubault. Ça demandera plus de temps. Combien précisément ? "Tout dépendra du type de marchandises car il y a différents niveaux de contrôles, ainsi que du rangement dans les camions".

Des adaptations nécessaires pour les compagnies maritimes

Pour les compagnies comme Brittany Ferries, il était impératif que le temps d'escale ne soit pas rallongé en raison des contrôles. "La fluidité sur le port de Roscoff sera assurée car tous les outils sont prêts, estime le président du groupe, Jean-Marc Roué. Le report du Brexit a laissé le temps de s'organiser, d'autant qu'on rentre dans une période plus creuse au niveau du transport de marchandises".

La compagnie doit désormais intégrer un nouveau métier, en embauchant du personnel capable de faire des déclarations en douanes. "Il faut qu'on puisse prendre en charge à l'embarquement un camion qui n'aurait aucun document sur lui, précise Jean-Marc Roué, qu'on puisse l'aider rapidement afin qu'il puisse entrer en zone européenne".

Un impératif pour les compagnies : ne pas rallonger le temps d'escale en raison des contrôles liés au Brexit - Radio France
Un impératif pour les compagnies : ne pas rallonger le temps d'escale en raison des contrôles liés au Brexit © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

"Il semblerait qu'il y ait toutes les mesures pour permettre de ne pas trop impacter les escales, indique Christophe Mathieu, Président Directeur du pôle commercial. Les camions qui doivent passer aux contrôles ne nous retardent pas mais ça peut poser des problèmes logistiques à nos clients". Malgré les dispositifs mis en place, il "se prépare à toutes les éventualités".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu