Économie – Social

Pierrefeu : les salariés se remettent au travail pour sauver l'activité

Par Charlotte Jousserand, France Bleu Drôme-Ardèche vendredi 14 octobre 2016 à 6:00

Les neufs salariés se retrouvent tous les matins pour travailler sur leur projet de reprise
Les neufs salariés se retrouvent tous les matins pour travailler sur leur projet de reprise © Radio France - Charlotte Jousserand

Depuis la liquidation judiciaire de l'entreprise Pierrefeu, neuf salariés travaillent sur un projet de reprise. Ils ont envoyé un dossier pour monter une coopérative, une SCOP. Ils sont soutenus par les habitants de Vernoux-en-Vivarais.

Ils sont neuf salariés à porter ce projet. Tous ont appris le 28 septembre dernier que leur entreprise de charpente, Pierrefeu était placée en liquidation judiciaire. Face à cette nouvelle, ils ont décidés de se regrouper et de monter un projet de coopérative, une scop pour reprendre l'entreprise et de passer de salariés à dirigeant de société. Les neuf salariés se retrouvent tous les jours dans une salle prêtée par la mairie pour monter leur projet, à 8 heures exactement pour garder un rythme expliquent-ils. Ils ont entre 23 et 51 ans et pour certains ont plus de 30 ans d'expérience chez Pierrefeu. L'entreprise de charpente a été créé en 1945.

Rester à Vernoux-en-Vivarais

Quand la liquidation judiciaire a été annoncée, cela a été un coup dur et cela reste difficile. "Quand on rentre le soir chez nous c'est compliqué, raconte Sylvain, on a pas trop le moral mais quand on se retrouve le matin avec les collègues cela va mieux, on se retrousse les manches".

Sylvain a travaillé 12 ans chez Pierrefeu, il est né à Vernoux-en-Vivarais et il compte bien y rester : "On a des attaches à ce territoire, on a fait construire, on a des enfants, on veut pas partir d'ici". Lucas partage le même sentiment : "J'ai fait des études ailleurs, j'ai voyagé mais mes racines sont ici, je ne me vois pas ailleurs". Ces neuf salariés partagent la même volonté pour relancer l'activité dans la commune.

Racheter les machines

Ils ont trouvé un nouveau nom et un nouveau logo, leur dossier de coopérative va être examiné à la fin du mois d'octobre. Concernant les locaux, la mairie de Vernoux-en-Vivarais peut les leur louer. La maire de la commune, Martine Finiels, aimerait clairement que le projet des salariés fonctionne car elle a confiance en eux. Avec ce projet, Martine Finiels est assurée que "'l'activité restera sur la commune et qu'elle ne sera pas délocalisée et puis il faut que le savoir-faire de Pierrefeu reste et se développe".

Mais ce qui va déterminer l'avenir de leur projet c'est surtout de savoir s'ils peuvent racheter les machines de l'entreprise. Des machines très performantes et indispensables pour relancer l'activité. C'est au liquidateur judiciaire de fixer le prix pour permettre le remboursement des créanciers. Au moins une autre entreprise est intéressée par ces machines

Une aide de 25.000 euros de la Région

Les neuf salariés actionnaires ont prévu de rassembler leur prime de licenciement pour faire une offre. Ils sont prêts à tout pour garder leur outil de production sur place. Les salariés de Vernoux-en-Vivarais ont également reçu une aide de la Région de 25.000 euros.

Un projet soutenu par les habitants

Dans la commune ardéchoise de moins de 2.000 habitants, le projet des anciens salariés est très soutenu. Tous comprennent l'importance de garder l'entreprise pour Vernoux-en-Vivarais. Aurélie tient une boucherie-charcuterie et concernant le projet de coopérative elle "croise les doigts" et espère que cela va fonctionner. Elle sait que si l'activité ne redémarre pas, cela aura un impact sur la vie du village, sur la population et sur son commerce. Même réaction pour Marie-José, elle n'habite pas Vernoux mais travaille dans la commune dans le secteur social. Elle sait que si l'activité s'arrête définitivement cela aura un impact sur les autres emplois "induits".

Partager sur :