Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Pimkie propose la suppression de 208 emplois dans le cadre des ordonnances Travail

lundi 8 janvier 2018 à 17:05 Par La rédaction de France Bleu Nord, France Bleu Nord et France Bleu

Pimkie propose la suppression de 208 emplois en utilisant la nouvelle disposition prévue par les ordonnances Travail. Une annonce faite ce lundi lors d'un comité central d'entreprise à Villeneuve d'Ascq (Nord).

Pimkie annonce officiellement ce lundi le recours aux "ruptures conventionnelles collectives" et propose la suppression de  208 emplois en France.
Pimkie annonce officiellement ce lundi le recours aux "ruptures conventionnelles collectives" et propose la suppression de 208 emplois en France. © Maxppp -

Villeneuve-d'Ascq, France

La direction de Pimkie annonce officiellement ce lundi le recours aux "ruptures conventionnelles collectives" et propose la suppression de 208 emplois en France. Le groupe Mulliez, dont fait partie l'enseigne nordiste de prêt à porter, annonce également la fermeture de 37 magasins sur les 321 enseignes françaises. Pour réduire ses effectifs, l'enseigne compte utiliser une rupture conventionnelle collective, nouvelle disposition prévue par les ordonnances Travail.

Pour être valide, cette rupture conventionnelle doit être approuvée par les syndicats de l'entreprise et par le ministère du Travail. Dans le cas de Pimkie, la signature de la rupture conventionnelle collective est prévue le 5 février mais la CGT et FO ont déjà indiqué qu'ils ne la signeront pas. 

Après Pimkie, PSA compte également utiliser des ruptures conventionnelles collectives pour supprimer des postes. 

Dans le Nord, cela concerne 53 postes au siège international de la chaîne de prêt-à-porter féminin, à Villeneuve d'Ascq, 31 au siège de Pimkie France à Neuville en Ferrain, et toujours sur ce site de Neuville en Ferrain près de la frontière belge, 41 personnes à la logistique.