Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Placée en liquidation judiciaire, l'USEP ne proposera plus de sport aux enfants dans les Ardennes

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Dans les Ardennes, l'USEP ne proposera plus d'activités sportives aux enfants du premier degré. L'association, privée de deux demi-postes, n'est plus en mesure de fonctionner. Son comité directeur a démissionné et la structure est placée en liquidation judiciaire.

L'année dernière dans les Ardennes, l'USEP a accompagné 4.500 enfants durant le temps scolaire
L'année dernière dans les Ardennes, l'USEP a accompagné 4.500 enfants durant le temps scolaire © Maxppp - Luc Nobout

Ardennes, France

A la rentrée, les enfants des écoles ardennaises ne pourront plus profiter des activités sportives de l'USEP, l'Union sportive de l'enseignement du premier degré. Dans le département, l'association va être placée en liquidation judiciaire et les membres de son comité de direction ont tous démissionné.

Selon Katty Quaegebeur, sa présidente jusqu'au 31 août, l'USEP 08 n'a plus les effectifs pour fonctionner. "La Ligue de l'enseignement a été placé en redressement judiciaire en 2017. Elle a dû reclasser une déléguée sportive qu'elle nous mettait à disposition", raconte cette direction d'école à Bogny-sur-Meuse. 

En février, c'est au tour de l'inspection académique de muter un enseignement qui travaillait à mi-temps comme secrétaire de l'association. "C'est eux qui s'occupaient des réservations de salles, préparer les documents pédagogiques, prévenir les écoles." 

Ces deux demi-postes étaient les seuls rémunérés dans cette association de bénévoles. "Je n'ai plus de personnel, je ne peux plus faire tourner l'USEP en respectant les conditions de sécurité de l'accueil des enfants," se désole-t-elle.

"Ce sont des choses que les gamins ne pourront plus jamais faire"

Katty Quaegebeur liquide cette semaine les comptes de l'association, signe les derniers chèques avant de mettre la clé sous la porte. Elle ne cache pas son amertume. "On travaillait beaucoup avec des établissements spécialisés, on avait une vraie mixité entre les enfants handicapés et ceux d'autres milieux", explique-t-elle. 

Durant la Coupe du monde féminine, on a emmené plus de 60 gamins voir un match sur Reims. On a eu le championnat de handball, j'ai 50 enfants de mon école en REP qui ont participé. Ce sont des choses qu'ils ne pourront pas jamais faire de leurs vies. - Katty Quaegebeur

4.500 enfants du premier degré ont profité de leurs activités durant le temps scolaire et 1.500 en dehors l'année dernière. "Des enfants dont les parents peuvent payer des clubs, il n'y a pas de soucis, mais tous les autres gamins sont laissés de côté", lâche cette directrice.

L'USEP est placée sous la tutelle du ministère de l'Education. C'est désormais au directeur académique des services de l'Éducation nationale dans les Ardennes de décider du futur de l'association.

Choix de la station

France Bleu