Économie – Social

Plan d'aide aux agriculteurs : en Dordogne, on reste sceptique

Par France Bleu Périgord et Leila Mechaouri, France Bleu Périgord et France Bleu mardi 4 octobre 2016 à 20:08

Jacques et Etienne Ferry, agriculteurs à Plazac, ne croient pas en l'efficacité du plan annoncé par le gouvernement.
Jacques et Etienne Ferry, agriculteurs à Plazac, ne croient pas en l'efficacité du plan annoncé par le gouvernement. © Radio France - Leïla Méchaouri

Manuel Valls a présenté ce mardi un nouveau plan de soutien aux agriculteurs, après de très mauvaises récoltes. En Dordogne, les exploitants redoutent un effet d'annonce, à quelques mois de l'élection présidentielle.

"On attend de voir, comme d'habitude !" On ne peut pas dire que l'annonce du nouveau plan d'aide aux agriculteurs ait convaincu Jacques Ferry. Son frère et lui sont à la tête d'un élevage de vaches laitières et d'une cinquantaine d'hectares de production céréalière à Plazac. Entre les pluies du printemps et la sécheresse, les agriculteurs estiment avoir perdu entre 30 et 50% de leur récolte. "Notre métier, c'est de savoir gérer la météo", souligne toutefois Jacques Ferry; ajoutant que le vrai problème, c'est la chute vertigineuse des prix du lait.

Avec ce plan de soutien au monde agricole, l'Etat va prendre une série de mesures pour éviter les dépôts de bilan massifs : garantie de la moitié des emprunts des agriculteurs en difficulté, guichet unique auprès de la MSA pour les aides sociales, mesures fiscales, aides à la reconversion et remplacement gratuit pour les agriculteurs au bord du "burn-out". Le gouvernement prévoit aussi un allongement de "l'année blanche", c'est-à-dire que le report de remboursement de prêts sera prolongé de deux mois jusqu'à fin décembre (au lieu d'octobre). "Reporter une échéance, cela ne sert à rien, rétorque Jacques Ferry. L'année suivante, il faut payer quand même !"

"C'est un pansement sur une jambe de bois", poursuit Jules Charmoy. Le porte-parole de la Confédération paysanne en Dordogne redoute un énième effet d'annonce du gouvernement, à quelques mois de l'élection présidentielle : "Ce plan n'aura aucune incidence sur la remise en route des exploitations agricoles. On va les laisser mourir doucement. C'est un plan palliatif des exploitations agricoles, c'est tout !"

Partager sur :