Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Plan-de-Cuques ne rallumera pas les éclairages publics cet hiver

lundi 30 octobre 2017 à 17:29 Par David Aussillou, France Bleu Provence et France Bleu

Depuis le mois de janvier 2017, la municipalité de Plan-de-Cuques (Bouches-du-Rhône) éteint l'éclairage public à partir de 1h du matin. Le maire affirme qu'il n'y a aucun effet sur la délinquance. La mesure est donc maintenue au moins jusqu'à la fin de l'année.

Les lampadaires de Plan de Cuques sont éteints chaque nuit de 1h à 4h du matin.
Les lampadaires de Plan de Cuques sont éteints chaque nuit de 1h à 4h du matin. © Maxppp -

Plan-de-Cuques, France

Chaque soir, à 1h du matin, Plan-de-Cuques, près de Marseille, se retrouve dans le noir. L'éclairage public d'environ 90% de la ville est éteint. Seuls les grands axes restent illuminés.

Depuis la mi janvier, la municipalité réduit ainsi sa facture d'électricité. "Pour l'instant, il est impossible de savoir combien on a économisé, explique Jean-Pierre Bertrand, le maire de Plan-de-Cuques. Il faut attendre les plus grosses factures qui arrivent à la fin de l'année." D'ici là, la municipalité prolonge l'expérimentation, mais désormais, les lampadaires sont rallumés dés 4 heures du matin, au lieu de 5 heures.

"Avec 30.000 euros d'éclairage public en moins, j'envoie les enfants de la commune au ski." - Jean Pierre Bertrand, le maire de Plan-de-Cuques

La mesure n'est pas forcément bien acceptée par les 10.500 habitants de la commune. "Je suis obligé d'utiliser la lumière de mon portable pour marcher dans la ville, raconte Christian, un salarié qui commence sa journée de travail en pleine nuit. Parfois je manque de me casser la gueule. On voit vraiment rien et ça doit aider les voleurs."

Pas de hausse d'impôts locaux depuis 1989

Le maire prétend au contraire que les statistiques du commissariat ne montrent pas de hausse "significative" de la délinquance depuis le début de l'année. "Et en plus, les cambriolages ont souvent lieu en plein jour", affirme Jean-Pierre Bertrand.

À la tête de la mairie depuis 1989, l'élu se dit fier d'avoir réduit chaque année les impôts locaux. Et il pense déjà aux économies : "Avec 30.000 euros de moins à payer pour l'éclairage public, je pourrai envoyer au ski les enfants de la commune."

Selon l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturne, il y aurait plus de 10 000 municipalités en France qui coupent ou réduisent l'éclairage public la nuit. Mais très peu de villes de plus de 10 000 habitants le font encore dans la région Provence Alpes Côte d'Azur.