Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plan de relance : "ça va renforcer le Made in France" espère Eric Hunaut, le responsable du Medef en Mayenne

-
Par , , France Bleu Mayenne

Le gouvernement a dévoilé son plan de relance de 100 milliards d'euros pour remettre le pays sur les bons rails économiques. Eric Hunaut, le patron des patrons mayennais, salue en particulier une des mesures qui doit permettre aux entreprises de renforcer leur compétitivité.

Eric Hunaut responsable du Medef en Mayenne
Eric Hunaut responsable du Medef en Mayenne © Radio France

La crise sanitaire de la Covid-19 et le confinement ont mis l'économie française à genoux. Une grave crise s'annonce avec de probables fermetures d'entreprises et une augmentation du nombre de chômeurs dans les semaines et mois à venir. 

Pour tenter de limiter la casse, le gouvernement débloque une enveloppe de 100 milliards d'euros avec l'ambition de retrouver niveau de richesse d'avant la crise d'ici 2022. Pour y parvenir, 70 mesures sont mises en place pour soutenir l'offre et la demande. Elles se répartissent selon trois piliers : la transition énergétique, la relocalisation industrielle et la cohésion sociale et territoriale.

Pour rembourser cette aide massive, le gouvernement compte sur "la croissance" et pas sur "l'impôt". "Je le redis et je veux que les Français en soient convaincus : il n'y aura pas d'augmentation d'impôts. C'est l'erreur qui a été commise lors de la dernière crise et nous ne la reproduirons pas" assure ainsi Jean Castex dans Le Figaro.

Le Premier ministre mise, par ailleurs, beaucoup sur l'audace et l'initiative des entreprises avec une mesure plus spécifique qu'elles réclament depuis de nombreuses années : la baisse des impôts de production.  Et c'est un véritable soulagement souligne Eric Hunaut, le président du Medef en Mayenne : "on demande aux entreprises, avant même d'avoir vendu un produit, avant même d'avoir créé de la richesse, de payer de l'impôt. Là, aujourd'hui, on va baisser les impôts de production et ça va donc entraîner de la compétitivité, ça va nous permettre de renforcer la production en France, le Made in France, et donc de préserver des emplois. On attendait ça depuis longtemps. La baisse annoncée, cela dit, nous laisser encore une différence de 53 milliards avec l'Allemagne, un de nos plus redoutables compétiteurs". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess