Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plan France Relance : combien pour la Corse ?

-
Par , , France Bleu RCFM

Ce jeudi le préfet de Corse a fait le point sur la déclinaison du plan France Relance au niveau local. Un plan national de 100 milliards d’euros. Près de cinq mois après son lancement, où en est-on en Corse?

Ce jeudi le préfet de Corse a fait le point sur la déclinaison du plan France Relance au niveau local.
Ce jeudi le préfet de Corse a fait le point sur la déclinaison du plan France Relance au niveau local. © Radio France - France Bleu

Le 3 septembre 2020, le gouvernement présentait son plan "France Relance", un plan exceptionnel, doté de 100 milliards d'euros afin de faire face et de redresser l'économie au cœur de la crise sanitaire. Ce plan s'est donc décliné dans chaque région avec des aides très diversifiées. 

1 milliard 800 000 euros mobilisés en Corse

Depuis le début de la crise sanitaire l'Etat a mobilisé en Corse près d'un milliard 800 000 euros : 978 millions pour les prêts garantis, 141 millions pour l'activité partielle dans les entreprises ou encore 112 millions provenant du fonds de solidarité. Pascal Lelarge, préfet de Corse : « Il y a des dispositifs en place à l’échelle nationale, avec une politique nationale par exemple pour l’emploi, adaptés à la crise, pour les jeunes, pour le chômage. On constate que ces dispositifs ont fonctionné en Corse, l’aide à l’apprentissage ou à l’emploi des jeunes ont rencontré leur public, environ 1500 aides ont été mobilisées. Le nombre de demandeurs d’emploi a diminué car le chômage partiel est un dispositif qui marche bien aussi, et répond bien aux besoins des entreprises et salariés, le mouvement pour que les particuliers rénovent leurs maisons là aussi ça marche bien en Corse… » 

Il s'agit là de mesures nationales, mais la Corse a également pu bénéficier de déclinaisons régionales. 

Une enveloppe régionale de 60 millions d’euros 

Environ 60 millions d'euros de crédit de relance ont été mis à disposition, et peuvent être mobilisés directement par le préfet, pour des projets en partenariats avec des entreprises privées et surtout, avec les collectivités locales. Le tourisme, pourrait par exemple bénéficier d'une partie de ces crédits, mais pour cela, explique-t-on du côté de la préfecture, il faut que les collectivités fassent des propositions, qu'elles travaillent main dans la main avec les services de l'Etat, Pascal Lelarge, préfet de Corse : « Ensuite nous avons des grands appels à projets nationaux, par exemple nous voulons impulser un grand mouvement de rénovation énergétique des bâtiments, nous avons été bénéficiaire en Corse de 11 millions d’euros, la Corse a été mieux servie proportionnellement à sa population…Nous demandons à la _CDC pour laquelle nous avons réservé 6 millions d’euros et aux communes, environ 3 millions_, de s’inscrire dans ce mouvement, donner un coup de boost. Chacun a sa carte à jouer, ensemble il faut jouer la partition de la relance, les compétences sont complémentaires. Il faut que chacun réfléchisse à l’amplification de cette relance, s’il y a des financements à apporter, cela a été le cas pour le tourisme nous sommes prêts à apporter notre part mais la force motrice ce n’est pas que l’Etat. » 

A ce jour sur ces 60 millions seuls 8 à 10 millions ont été investis, P. Lelarge : « Depuis 5mois, à ce jour, sur les dispositifs véhiculés _au plan national c’est environ 30 millions d’euros, sur l’enveloppe locale c’est un peu plus de 50 millions d’euros avec 8 à 10 millions déjà engagés_. »

« Ma porte est ouverte »

À l’occasion d’une conférence de presse organisée mardi, le président de l’exécutif, Gilles Simeoni, et ses conseillers ont parlé « d’une situation politique extrêmement grave »
À l’occasion d’une conférence de presse organisée mardi, le président de l’exécutif, Gilles Simeoni, et ses conseillers ont parlé « d’une situation politique extrêmement grave » © Radio France - RCFM

Enfin, à l’occasion du point presse effectué ce jeudi, le préfet de Corse s’est également exprimé sur les tensions entre collectivité de Corse et Etat : « Ce ne sont pas mes rapports qui sont compliqués, ce sont les rapports de la collectivité avec l’Etat qui sont compliqués. Moi j’ai des rapports très simples, _ma porte est ouverte, je suis prêt à recevoir et discuter de tous les sujets, être partenaires complémentaires, il faut qu’on discute_. Les préfets ont un devoir de réserve et heureusement. » 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess