Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : General Electric dans le Territoire de Belfort

Plan social chez General Electric à Belfort : "On n'a pas de plan B" affirme le directeur des opérations Europe

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

La direction de General Electric affirme ce dimanche ne pas avoir "de plan B" concernant le plan social, tout en expliquant que "GE a été, est et restera présent à Belfort".

 De gauche à droite : Antoine PEYRATOUT, directeur général GE Power France, et Patrick MAFFEIS, le directeur général Europe de GE.
De gauche à droite : Antoine PEYRATOUT, directeur général GE Power France, et Patrick MAFFEIS, le directeur général Europe de GE. © Maxppp - Alexandre MARCHI

Belfort, France

L'industriel américain General Electric (GE) "n'a pas de plan B" pour son plan social, qui prévoit 1.050 suppressions de postes, principalement à Belfort, où l'activité se poursuivra, a assuré le directeur des opérations pour l'Europe du groupe, dans un entretien accordé ce dimanche à nos confrères de L'Est républicain.

Un milliard de pertes pour GE Power monde

Le plan de suppressions de 1.050 postes, dont 800 à Belfort, "est la conséquence d'un projet beaucoup plus global, à l'échelle mondiale", qui "a touché 12.000 personnes dans le monde" et "malheureusement, aujourd'hui, on n'a pas de plan B", confie le directeur des opérations industrielles pour l'Europe de GE Power, Patrick Maffeis.

L'industriel "a enregistré près d'un milliard de pertes dans la division GE Power, ce qui correspond à trois millions par jour", rappelle-t-il.  Le Premier ministre, Edouard Philippe, et le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, ont appelé GE à atténuer son plan social, objet ces dernières semaines d'une forte contestation locale et politique.

150 millions investis sur trois ans à Belfort

"On a quand même investi sur le site de Belfort, rien que pour l'activité gaz, 150 millions sur trois ans. Un industriel n'aurait pas investi 150 millions sur le site s'il n'y avait pas d'avenir", développe M. Maffeis.  "GE est présent à Belfort depuis 1959, ça fait soixante ans. (...) GE a été, est et restera présent à Belfort", souligne-t-il. 

"On peut nous faire des procès d'intention, mais notre volonté c'est d'essayer de rester un industriel compétitif dans un secteur qui est sous pression", se défend M. Maffeis. En "cinq ans, 50% de moins en volume" dans la branche gaz, précise-t-il. Une baisse des effectifs ne mettra pas "le site en position critique" et "on n'est pas en train de spolier Belfort pour favoriser le reste du monde", selon lui.

On a une vraie réflexion sur l'aéronautique"

Concernant la diversification du site belfortain, le directeur affirme que le géant américain a "une vraie réflexion sur l'aéronautique". "On voit que le marché de l'aéronautique est porteur et c'est une technologie qu'on connaît. On a les compétences sur le site de Belfort. Maintenant, il faut les adapter", affirme-t-il.

Le groupe GE avait racheté le pôle Energie du fleuron français Alstom en 2015 et a dû payer des indemnités pour ne pas avoir respecté son engagement, pris au moment de l'acquisition, de créer 1.000 emplois nets en France d'ici à la fin 2018.

.