Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plan social dans l'enseigne Cora : 10 salariés licenciés à l'hypermarché d'Évreux

L'enseigne Cora doit annoncer ce mardi un plan social de plus de 1000 salariés. Dans le seul hypermarché de l'Eure, à Évreux, 10 salariés seraient concernés. Ces salariés refusent de modifier leurs conditions de travail, alors que la direction leur demande plus de flexibilité et de polyvalence

Dix salariés de l'hypermarché Cora d'Évreux devraient être licenciés en septembre 2020
Dix salariés de l'hypermarché Cora d'Évreux devraient être licenciés en septembre 2020 © Radio France - Laurent Philippot

Il y a dix ans, il y avait 350 salariés à l'hypermarché Cora d'Évreux. Ils sont actuellement 270 et, selon nos informations, dix salariés devraient être licenciés en septembre 2020. Ils ont refusé un avenant à leur contrat de travail qui doit permettre plus de flexibilité. Selon nos sources, 20 personnes s'étaient au départ opposées à la modification de leur contrat de travail, la direction locale -injoignable ce jour- aurait réussi à en convaincre dix d'entre eux de revenir sur leur décision. 

On nous dit que c'est le projet Renaissance, dans deux ans, ils vont nous sortir le projet Résurrection - un salarié

À Évreux, l'une des deux villes de Normandie avec Caen où l'enseigne est présente depuis 23 ans,  les membres du comité social et économique de l'enseigne ont largement approuvé ce projet Renaissance, seuls deux ont refusé. Les salariés qui acceptent plus de flexibilité dans les horaires et poste de travail auraient obtenu une prime de 25 euros bruts par mois : "une misère" pour ce salarié qui, sous couvert d'anonymat estime que "les salariés n'ont obtenu que précarité des horaires, ils n'ont plus de rayon attribué, tout le monde fait de tout et n'importe quoi"

Ce nouveau pacte social a été validé en France par trois syndicats : la CFTC (premier syndicat dans l'enseigne), FO et la CFDT. Seule la CGT s'y est opposée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu