Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Plus d'un million d'euros de dégâts à Saint-Étienne en marge des manifestations des "gilets jaunes"

Plus d'un million d'euros. C'est le coût, à Saint-Etienne, des dégradations sur l'espace public en marge des manifestations des "gilets jaunes", selon la municipalité. Le gouvernement a promis ce mercredi un plan d'action global pour les villes qui ont subi des dégradations.

Des commerces et du mobilier urbain ont subi des dégradations à Saint-Étienne, notamment début décembre.
Des commerces et du mobilier urbain ont subi des dégradations à Saint-Étienne, notamment début décembre. © Radio France - Alexandre Vau

Saint-Étienne, France

Le gouvernement a annoncé mercredi un plan d'action global pour aider les villes touchées par des dégradations depuis le début du mouvement des "gilets jaunes". Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire promet que ce plan arrivera sur le bureau du Premier ministre dans deux à trois semaines, il l'a annoncé à l'issue d'une réunion à Bercy avec des élus de plusieurs grandes villes concernées par ces dégradations, dont Saint-Étienne. 

2.500 heures supplémentaires pour réparer les dégâts

La Ville estime à plus d'un million d'euros le coût des dégradations sur l'espace public en marge des manifestations. Un chiffre avancé au cours de la réunion au ministère de l'Économie par Jean-Pierre Berger. L'adjoint au maire de Saint-Étienne a exprimé le ras-le-bol des Stéphanois face à un mouvement qui, dit-il, se radicalise et dont il ne voit pas l'issue. Le coût des dégradations n'est pas seul sur la facture pour la municipalité. La Ville évoque une forte hausse de ses dépenses de fonctionnement, car il a fallu 2.500 heures supplémentaires de travail pour réparer les dégâts sur l'espace public. "Espérons que le gouvernement saura en tenir compte au moment d'évaluer la maîtrise des dépenses de notre ville", a lancé Jean-Pierre Berger à Bercy. 

L'élu stéphanois a également relayé la détresse de certains commerçants, dont l'activité a fortement ralenti les samedis, jours de manifestations des "gilets jaunes". La Ville aurait reçu près de 50 dossiers de demandes d'aide. Et selon l'association de commerçants Sainté Shopping, 15 à 20 commerces risquent de mettre la clé sous la porte d'ici le mois de mars. "Ça fait cinq ans qu'on rame comme des malades pour redynamiser ce coeur de ville, et en trois mois, on nous bousille tout", déplore Jean-Pierre Berger. 

Choix de la station

France Bleu