Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Plus de 160 manifestations, syndicats et "gilets jaunes " côte à côte : ce qu'il faut retenir de la journée de grève

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté partout en France ce mardi pour réclamer une hausse des salaires et plus de justice fiscale à l'appel principalement de la CGT. Pour la première fois, des "gilets jaunes" jusqu'ici méfiants vis-à-vis des syndicats, étaient présents.

La CGT et les "gilets jaunes" côte à côte dans les rues de Marseille le 5 février 2019
La CGT et les "gilets jaunes" côte à côte dans les rues de Marseille le 5 février 2019 © AFP - GERARD JULIEN

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé ce mardi dans toute la France contre la politique de l'exécutif. En tête des revendications : la hausse des salaires et plus de justice fiscale. L'appel national à la grève et à manifester avait été lancé par la CGT, Solidaires, le NPA, le PCF, la France insoumise, Attac, des organisations de jeunesse comme l'Unef, l'UNL ou la Jeunesse ouvrière. Dans plusieurs régions de France, des "gilets jaunes" ont grossi les cortèges et manifesté aux côtés des syndicats, une première. 

"Aujourd'hui c'est un succès qui en appelle d'autres", s'est réjoui le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, présent dans le cortège parisien. 300.000 personnes ont manifestédans tout le pays selon le syndicat. 137.200 d'après le ministère de l'Intérieur.

Au moins deux fois plus de manifestants à Paris que lors de la précédente mobilisation

Ils étaient 30.000 à Paris selon la CGT, 18.000 selon la préfecture de police. Le cabinet Occurrence, mandaté par un collectif de médias français, a quant à lui dénombré 14.000 manifestants, soit au moins deux fois plus que lors de la précédente mobilisation, le 14 décembre, qui avait réuni entre 6.000 (préfecture de police) et 15.000 manifestants (CGT). 

Le syndicat prévoit d'ores et déjà une nouvelle journée nationale à la mi-mars.

Syndicats et "gilets jaunes" côte à côte

"Il y aura des défilés jaunes et rouges" dans une trentaine de départements, avait assuré Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT. À Paris comme dans plusieurs villes de France, des "gilets jaunes" se sont en effet joints aux manifestations. 

Ils étaient plusieurs centaines dans le cortège marseillais où 5.200 personnes, selon la préfecture de police, ont manifesté entre le Vieux-Port et la gare Saint-Charles. Environ 500 "gilets jaunes" ont défilé à Lyon où 4.300 manifestants sont descendus dans la rue selon la préfecture. À Strasbourg, plusieurs dizaines de "gilets jaunes" ont pris la tête d'un cortège d'environ 1.500 personnes en scandant "Gilets jaunes dans la rue et samedi on continue". "Gilets jaunes" et syndicats ont aussi marché ensemble à Pau et Tarbes, Nancy, Clermont-Ferrand, Limoges, Périgueux, Perpignan, Orléans, Saint-Etienne, Châteauroux, Tours, au Havre, Mont-de-Marsan, Valence, Reims, Amiens, Caen, Chambéry et Annecy, Avignon, Nîmes, au Pays basque, Laval ou encoreLille. 

"Il y a beaucoup de 'gilets jaunes' et c'est plutôt une bonne chose. Les revendications communes, on les a, elles sont sociales. À part la couleur des gilets je ne vois pas beaucoup de différences", a commenté Philippe Martinez ce mardi.

La police a recensé environ 2.500 personnes à Caen, 2.200 au Havre, 2.300 à Clermont-Ferrand, au moins 2.300 à Lille, 1.300 à Tours, 500 à Rennes, plusieurs centaines à Sète et Boulogne-sur-Mer etc. Dans l'ensemble, les manifestations se sont déroulées dans le calme même si à Bordeaux quelques poubelles ont été incendiées et des boutiques taguées. La préfète de l'Ardèche, Françoise Souliman, a également été prise à partie par des manifestants. Sa voiture a été secouée et des pneus crevés.

Péages autoroutiers et ronds-points occupés

En marge des défilés, la circulation a été perturbée sur les autoroutes et routes de plusieurs départements. Des manifestants et notamment des "gilets jaunes" ont réinvesti des ronds-points. Plusieurs manifestations ont eu lieu sur le réseau VINCI Autoroutes, notamment sur l’A7, l’A63, l’A64, l’A20, l’A837 et l’A89.

À Toulouse, environ 200 "gilets jaunes" ont occupé les voies toute la matinée au niveau de la barrière de péage de Toulouse nord (A62) générant d’importantes difficultés de circulation dans toute l’agglomération.

Dans le Gard, département fortement mobilisé depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", des manifestants ont de nouveau pris position sur des ronds-points entre Nîmes et Alès malgré l'arrêté préfectoral interdisant les rassemblements et les manifestations.

En Normandie, "gilets jaunes" et syndicalistes se sont installés sur plusieurs ronds-points ou routes dès le petit matin, provoquant des ralentissements et des embouteillages. 

Dans le Béarn, un cortège de "gilets jaunes" a bloqué la circulation des poids-lourds et relevé les barrières du péage de Pau-centre pour "protester contre la "loi anti-casseurs"" votée aujourd'hui à l'Assemblée nationale. 

Aéroport et transports en commun perturbés

Dans la matinée, plusieurs dizaines de militants CGT et de "gilets jaunes" ont bloqué les accès à l'aéroport de Nantes, empêchant les camions de pénétrer dans la zone d'activité économique la plus importante du sud Loire.

À la Souterraine dans la Creuse, représentants syndicaux, "gilets jaunes", professeurs en colère, et citoyens sont descendus sur les rails pour bloquer un train Intercités en gare.

Services et lieux publics fermés ou au ralenti

Des préavis de grève avaient été déposés dans la fonction publique, à la SNCF, dans les compagnies de transports en commun, ou encore à Radio France. 

Selon le ministère de l'Éducation nationale, 5% des enseignants ont fait grève ce mardi. Environ 250 professeurs et personnels de l'Éducation Nationale se sont notamment réunis sous les grilles du rectorat de Limoges. À Bordeaux, l'université a été bloquée par des étudiants. Même chose à l'université de Nantes où des barricades ont été installées devant les portes d'entrée du campus du Tertre. 

Le personnel des hôpitaux s'est aussi mobilisé à Rouen, au Havre et Évreux notamment.

Certains monuments ou lieux publics ont fermé leurs portes à l'image de la Tour Eiffel. Idem pour les services municipaux (État civil, bibliothèques, installations sportives etc.). À Poitiers des "gilets jaunes" se sont introduits dans la mairie"ils ont chanté, dansé et hurlé" mais n'ont "rien cassé" rapporte France Bleu Poitou. À Lille, environ trente "gilets jaunes" ont essayé d'accéder au siège de la région Hauts-de-France. Ils ont demandé à rencontrer des élus, mais ont été bloqués à l'entrée. Un rendez-vous leur a finalement été proposé mercredi matin indique France Bleu Nord.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu