Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Plus de 200 offres d'emploi à pourvoir dans l'hôtellerie restauration ce mardi à Tours

mardi 26 février 2019 à 5:44 Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine

Le secteur de l'hôtellerie restauration peine à recruter cuisiniers, serveurs ou encore réceptionnistes. Tous ces postes, plus de 200 offres, seront proposés aux demandeurs d'emploi lors d'un forum qui se tient ce mardi après-midi à Tours.

"C'est compliqué d'avoir une vie familiale dans ce métier" selon un restaurateur tourangeau
"C'est compliqué d'avoir une vie familiale dans ce métier" selon un restaurateur tourangeau © Maxppp - Maxppp

Indre-et-Loire, France

Plus de 200 offres d'emploi sont à pourvoir ce mardi après-midi à l'hôtel de ville de Tours. Un forum spécial hôtellerie restauration y est organisé. Un secteur que l'on présente traditionnellement en tension, et pour cause. Les professionnels font régulièrement part de leurs difficultés à recruter.

Les difficultés sont connues, horaires décalés, journées fracturées et week-ends travaillés

Autant de contraintes avec lesquelles doit jongler Delphine Waldner, aux commandes de sa crêperie place du Grand Marché, et qui font qu'elle a beaucoup de difficultés à recruter. "C'est très compliqué pour nos jeunes de se dire qu'il faut aller au travail alors que d'autres vont faire la fête ! Le problème c'est qu'on a perdu le goût du travail. Il faudrait remettre en avant tous ces métiers, les CAP, les BAC Pro, leur redonner leur valeur". 

"Ce n'est pas un problème d'argent" - Guillaume, patron d'un restaurant place Plumereau

Pour elle, comme pour Guillaume, patron d'un restaurant place Plumereau, le problème n'est pas financier, loin de là. Lui dit rémunérer ses chefs barman entre 2000 et 2500 euros net par mois, ses chefs de cuisine entre 2800 et 3500 euros. "Le problème, c'est quand on est marié avec un conjoint qui bosse du lundi au vendredi de 9h à 17h, c'est juste compliqué d'avoir une vie familiale dans ce métier". 

Alors comment aider ce secteur à recruter ? Pour Jean-Marie Gervais, le président de la chambre syndicale de l'hôtellerie et de la restauration d'Indre-et-Loire, ça passe par l'abandon d'une promesse de campagne d'Emmanuel Macron, un bonus malus sur les contrats courts. "S'il y a une surcharge d'activité sur un jour ou deux jours, il faut qu'on puisse embaucher une personne sans être pénalisé financièrement". Le récent échec des négociations sur l'assurance chômage est d'ailleurs en grande partie dû au refus du patronat d'un tel bonus malus sur les contrats courts.

Le forum hôtellerie restauration a donc lieu de 14h30 à 17h30 ce mardi après-midi à la salle des fêtes de l'hôtel de ville de Tours. Plus de 200 postes sont à pourvoir, cuisinier, serveur, responsable de salle, maître d'hôtel ou encore réceptionniste.