Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plus de la moitié des discothèques n'ouvriront pas le 9 juillet en Touraine

-
Par , France Bleu Touraine

Le gouvernement a donné son feu vert pour rouvrir les discothèques le 9 juillet. Sous condition et avec le pass sanitaire à l'entrée. Mais en Indre-et-Loire, plus de la moitié des boîtes de nuit préfèrent attendre la rentrée de septembre. Le monde de la nuit reste inquiet pour l'avenir.

En Touraine, la grande majorité des discothèques préfère attendre septembre pour rouvrir leurs dancefloors ( photo illustration )
En Touraine, la grande majorité des discothèques préfère attendre septembre pour rouvrir leurs dancefloors ( photo illustration ) © Radio France - Xavier Dalmont

Pour en parler, Nicolas Brouant, le directeur du New Vegas à la Croix-en-Touraine était l'invité de France Bleu Touraine ce mardi matin : 

" Je ne vais pas ouvrir mon établissement dès le 9 juillet, comme d'ailleurs plus de la moitié voire 70% des discothèques du département. Pour de multiples raisons. Ça fait un an et demi qu'on est fermé , et on ne remet pas en route une discothèque en 20 jours ( les sonos, les jeux de lumière, la sécurité.... ). Y compris d'ailleurs pour le personnel. Après le chômage partiel, maintenant qu'ils entendent "réouverture", certains nous disent qu'ils ont changé de métier et finalement ils ne reviendront pas. 

Par ailleurs, on ne sait pas encore si l'on pourra ouvrir ou non les fumoirs, les vestiaires. Y a encore des petites choses à voir. Et puis il faut se dire aussi que juillet-août n'est pas la meilleure période pour nous."

Sur le pass sanitaire obligatoire à l'entrée des boîtes de nuit

" Le problème, c'est que très peu de jeunes sont aujourd'hui vaccinés. Alors on a bien compris que c'était les discothèques qui allaient servir à pousser les jeunes à se faire vacciner. Une fois de plus, on est un petit peu instrumentalisé dans l'histoire. Et une fois de plus, on va souffrir de concurrence déloyale. Les jeunes qui ne vont pas vouloir s'embêter avec ça iront dans les bars. 

La sortie en boîte de nuit, c'est aussi la sortie impulsive. On est entre potes, on veut aller en boîte. Et bien, ceux-là, on ne les aura pas s'ils ne sont pas vaccinés car ils n'auront pas eu le temps d'aller faire un test PCR. Il y a aussi les anti-vaccins. Ça va forcément nous enlever des clients. Il faut savoir que les discothèques étaient déjà malades avant le Covid. En France nous étions plus de 5 000 il y a 10 ans, nous sommes aujourd'hui un peu plus de 1600. 

Pour l'instant, la profession tient le coup. Il n'y a eu qu'en France que 150 liquidations depuis la pandémie, mais je pense que les dégâts vont arriver au moment de la réouverture. Que vont faire ceux qui partent à la retraite et qui aujourd'hui ont leur fond de commerce tombé à zéro. Et ceux qui ont fait un PGE ( prêt garanti par l'Etat ). Ils ont ni plus ni moins racheté leur boîte une deuxième fois. A un moment, il va bien falloir parler d'indemnités.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess