Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Plusieurs actions menées en Limousin sont reprises dans le rapport sur le grand âge

jeudi 28 mars 2019 à 11:14 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

Territoire le plus âgé de France, le Limousin a un temps d'avance dans la prise en charge des personnes âgées. Et le rapport sur l'autonomie et la dépendance remis ce jeudi à la ministre de la Santé reprend certaines actions.

Les innovations existent en Limousin, mais il faudra aussi revaloriser les métiers dédiés aux personnes âgées (illustration)
Les innovations existent en Limousin, mais il faudra aussi revaloriser les métiers dédiés aux personnes âgées (illustration) © Maxppp - Philippe NEU

Limousin, France

En 2030, la France devrait compter plus d'habitants âgés de 65 ans et plus que de jeunes de moins de 20 ans. Un rapport très attendu est remis ce jeudi à la ministre de la Santé pour faire des propositions sur la prise en charge des personnes âgées. Et le Limousin, territoire où la moyenne d'âge est la plus élevée, a un temps d'avance sur le sujet, selon Michel Laforcade. Le directeur général de l'Agence Régionale de Santé en Nouvelle Aquitaine répondait à 8h15 aux 3 questions de Germain Treille

"Domotique, télémédecine, repérage de la dépendance : le Limousin a un temps d'avance

"Plusieurs des propositions du rapport confortent des actions menées en Limousin depuis quelques années", note Michel Laforcade. Il y a le fait que "près de 100% des Ehpad sont capables de proposer des actions en matière de télémédecine", les expériences de garde de nuit mutualisée d'une infirmière pour 3 ou 4 maisons de retraite, "ce qui permet d'éviter des hospitalisations inutiles", cite le directeur de l'ARS. 

"Limoges est connue aussi pour avoir une unité d'évaluation pilotée à partir du CHU, pour aller à domicile, repérer les premiers signes de la dépendance", explique Michel Laforcade, soulignant que ça n'existe nulle part ailleurs, et que le rapport préconise ce système. Autre exemple : la domotique et ses équipements, comme la tablette connectée ou le chemin lumineux pour se lever la nuit. 

"Il faut vraiment un énorme dévouement pour faire de l'aide à domicile !

Voilà pour les innovations. Mais pour Michel Laforcade, il faudra impérativement revaloriser les métiers qui accompagnent les personnes âgées, que ce soit à domicile ou en Ehpad. Les professionnels confirment, comme Cathy Sabordie, aide à domicile en Haute-Vienne, qui touche environ 1.300 euros par mois, avec 15 ans d'ancienneté ! "Il faut vraiment un énorme dévouement", sourit-elle, évoquant la dureté physique et psychologique de ce métier.

Le directeur de l'association qui l'emploie, reconnaît d'ailleurs qu'il a du mal à recruter. "Soit on a un changement de financement, soit on n'y arrivera plus", conclut Ludovic Filloux. Sachant qu'en plus, un tiers de son personnel doit lui-même partir en retraite dans les prochaines années. 

Aide à domicile, un métier exigeant mais mal payé