Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Plusieurs centaines de personnes à Golfe-Juan pour protester contre la démolition des plages du Soleil

dimanche 28 janvier 2018 à 16:03 Par Maxime Fayolle, France Bleu Azur

Près de 200 personnes se sont réunies ce dimanche 28 janvier devant les plages privées de Golfe-Juan pour protester contre leur démolition.

Salariés, amis, famillen sont venus protester contre la démolition
Salariés, amis, famillen sont venus protester contre la démolition © Radio France - Maxime Fayolle

Golfe-Juan, Vallauris, France

Les trois établissement trônent fièrement en bord de mer depuis plusieurs décennies. Chez Nounou, Tetou et Vallauris Plage doivent être démolis dans les prochaines semaines. C'est ce qu'a décidé le tribunal administratif de Nice en octobre dernier.

Plus de 60 emplois menacés

Les salariés de ces plages privées ont arboré des t-shirts "Sauvons nos plages et nos emplois"

Florence est employée de Chez Nounou depuis près de 30 ans "C'est de l'acharnement, s'écrie-t-elle. Nous ne sommes pas des saisonniers qui abusons du domaine maritime comme certains prétendent. Ces établissements sont des institutions !"

Plusieurs banderoles ont été déployées - Radio France
Plusieurs banderoles ont été déployées © Radio France - Maxime Fayolle

C'est un décret plages de 2006 de la loi littoral qui oblige cette destruction. Les établissements de bord de mer doivent désormais être construits sur des structures démontables, ce qui n'est pas le cas de ces plages privées, construites au début du XXe siècle.

Le président de la région PACA, Renaud Muselier a apporté son soutien aux plagistes sur Twitter 

La date de la démolition n'est pas encore connue avec précision. Elle pourrait intervenir au début du mois de février. 

Les plagistes ont attaqué cette décision en déposant un référé. Ils n'ont toujours pas de date d'audience.