Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Plusieurs grands médias testent un mode de comptage indépendant des manifestations

vendredi 17 novembre 2017 à 8:20 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Alors que les organisateurs de la manifestation parisienne de jeudi contre la politique du gouvernement revendiquent 40.000 participants, la police en a compté 8.000. Pour en finir avec ces écarts de chiffres, une quinzaine de médias mettent au point une méthode de comptage indépendante.

La manifestation parisienne de jeudi a réuni entre 8.000 et 40.000 manifestants, selon les sources.
La manifestation parisienne de jeudi a réuni entre 8.000 et 40.000 manifestants, selon les sources. © AFP - Michel Stoupak

Les organisateurs de la manifestation parisienne contre la réforme du Code du travail, ce jeudi, revendiquent 40.000 participants, alors que la Préfecture de Paris n'en recense que 8.000. Ces écarts de chiffres, qu'on retrouve lors de chaque journée de mobilisation, prêtent à sourire et sont régulièrement mis en cause. Pour en finir avec cette guerre des chiffres, une quinzaine de médias, dont franceinfo et l'AFP, se sont mis d'accord pour mettre au point une méthode de comptage, afin d'avoir un chiffre indépendant de celui des autorités ou des organisateurs.

Une société d'études spécialisée dans le comptage de foule

Erik Kervellec, directeur de la rédaction de franceinfo, a participé aux réunions pour mettre au point le projet : "À chaque fois qu'il y a un défilé dans les rues de Paris, la presse frise le ridicule", a-t-il déclaré sur franceinfo jeudi soir, ajoutant : "Nous avons décidé de faire appel à une société d'études spécialisée dans le comptage de foule, [qui] utilise un système de capteurs numériques à déployer sur un défilé, et ces capteurs peuvent nous donner une photo de la mobilisation qui est cette fois notre photo, pas celle des autres."

C'est la société Occurrence qui a été sollicitée pour la manifestation de ce jeudi. La société effectue un comptage avec deux capteurs placés en hauteur, le troisième étage d'un hôtel par exemple, qui tracent une ligne virtuelle sur la rue : chaque manifestant qui franchit cette ligne est ainsi comptabilisé. Les trottoirs sont pris en compte. En parallèle, sont effectués des "micro-comptages humains". La manifestation est filmée pendant 20 à 30 secondes à différents intervalles et différentes "intensités". Les manifestants sont recomptés humainement sur ces extraits vidéo pour ajuster le décompte fait par les capteurs, et déterminer une marge d'erreur du capteur.

Le comptage indépendant très proche de celui de la préfecture

Le système a déjà été testé sur trois manifestations à Paris depuis la rentrée, a indiqué Erik Kervellec. Pour la manifestation de ce jeudi, il indique : "J'ai le chiffre de ce que ça donne sur ce dernier test : 8.000 personnes selon la police, 40.000 selon la CGT. Notre test nous donne 8.**250 manifestant**s... Donc ça va faire grincer des dents."