Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Vives tensions à Nantes autour de deux lycées

jeudi 6 décembre 2018 à 10:26 Par Pascal Roche, Anne Patinec, Paul Sertillanges et Louis de Bergevin, France Bleu Loire Océan

Des centaines de lycéens ont répondu jeudi matin à l'appel lancé sur les réseaux sociaux pour un blocage des lycées et des universités. A Nantes, plusieurs établissements ainsi que le campus du Tertre sont perturbés par des barrages. Des incidents avec les forces de l'ordre.

Une voiture en feu près du lycée du Sacré-Coeur à Nantes
Une voiture en feu près du lycée du Sacré-Coeur à Nantes © Radio France - Louis de Bergevin

Nantes, France

A Nantes, plusieurs lycées sont perturbés jeudi matin par des élèves qui protestent contre les réformes dans l'Education nationale. Les incidents les plus graves se déroulent à proximité du lycée du Sacré-Coeur où des casseurs semblent avoir infiltré le cortège de manifestants. Ils ont mis le feu à une voiture, ils sont très mobiles et jouent avec les nerfs des forces de l'ordre.

Des containers incendiés devant le lycée de la Colinière à Nantes - Radio France
Des containers incendiés devant le lycée de la Colinière à Nantes © Radio France - Paul Sertillanges

Des jeunes très violents y compris contre les journalistes

Ailleurs à Nantes, des containers à poubelles ont été incendiés devant le lycée de la Colinière où 200 à 250 jeunes font face aux forces de l'ordre qui ont dû utiliser des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Tout près du lycée, des jeunes ont vandalisé des voitures a coups d'extincteur avant de mettre le feu à l'un des véhicules. Un journaliste de France Bleu Loire Océan qui se trouvait à proximité a été frappé au visage.

Des échauffourées devant le lycée de la Colinière à Nantes - Radio France
Des échauffourées devant le lycée de la Colinière à Nantes © Radio France - Paul Sertillanges

Même scénario à proximité du lycée Albert Camus dans le quartier Bellevue et devant le lycée Léonard de Vinci dans le quartier de la Bottière. Le trafic de plusieurs lignes de bus a été interrompu ou dévié.

Des gaz lacrymogènes envahissent le quartier Bellevue de Nantes près du lycée Albert Camus - Radio France
Des gaz lacrymogènes envahissent le quartier Bellevue de Nantes près du lycée Albert Camus © Radio France - Louis de Bergevin

Des tensions également à l'université de Nantes, au campus de Tertre. La fac de droit est condamnée jusqu'à lundi prochain, et la nouvelle assemblée générale des étudiants.

La fac de droit de Nantes bloquée ce jeudi midi. - Radio France
La fac de droit de Nantes bloquée ce jeudi midi. © Radio France - Paul Sertillanges

A Saint-Nazaire, une assemblée générale a eu lieu dans le calme devant la cité scolaire qui accueille 3500 élèves, plusieurs dizaines de gilets jaunes sont venus apporter leur soutien mais des jeunes leur ont fait comprendre "qu'ils ne se sentaient pas gilets jaunes". 

Des gilets jaunes pas forcément les bienvenus devant la cité scolaire de Saint-Nazaire - Radio France
Des gilets jaunes pas forcément les bienvenus devant la cité scolaire de Saint-Nazaire © Radio France - Anne Patinec

La présidence de l'université de Nantes a également décrété la fermeture du campus du Tertre pour la journée en raison de barricades installées devant les entrées des bâtiments.

La permanence d'un député de la majorité dégradée

La façade de la permanence parlementaire du député LaRem de Loire-Atlantique, Mounir Belhamiti, a été dégradée dans la nuit de mercredi à jeudi à Nantes. "Macron dégage" a été tagué, et la vitrine vandalisée. L'élu de la majorité indique avoir porté plainte.